Activités assistées par le cheval à l’intention des personnes âgées en perte d’autonomie

Pour certaines personnes âgées, le vieillissement amène progressivement à la perte d'autonomie, de lien social, d'estime de soi. Des activités assistées par le cheval à l'intention des personnes âgées peuvent être mises en place pour améliorer leur qualité de vie. Elles sont très variées, adaptées à ce public fragile qui a un lien particulier avec le cheval, compagnon de travail pour certains, star des hippodromes pour d'autres.

2

Niveau de technicité :
Activités assistées par le cheval pour personnes âgéesActivités assistées par le cheval pour personnes âgées en perte d’autonomie
Sommaire

Personnes âgées en perte d’autonomie : pourquoi faire appel au cheval ?

D’après les chiffres de l’INSEE*, au 1er janvier 2019, la France compte 67 millions d’habitants, dont 26,1 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus. Parmi elles, 9 millions sont âgées de 75 ans ou plus.

La DREES** estime qu’en 2015, environ 2 millions de personnes de plus de 60 ans étaient en perte d’autonomie : 584 000 vivent en établissement, principalement des Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), et 1 459 000 à leur domicile.

La perte d’autonomie se définit comme l’incapacité, pour une personne, de décider et d’assurer seule certains actes de la vie courante. Liée au processus naturel du vieillissement, elle est due à des altérations physiques et psychiques. Elle peut se traduire par des pertes d’équilibre, des pertes de mémoire, des altérations de l’humeur, de l’isolement social. Des activités autour du cheval peuvent créer du lien social, améliorer la psychomotricité, faire travailler la mémoire sans que cela soit considéré comme des « exercices de mémorisation » parfois générateurs de stress.

Beaucoup de personnes nées entre 1930 et 1950 ont connu le cheval au travail ou sont allées, en famille, voir les chevaux courir sur les hippodromes. Voir des équidés, ânes ou chevaux, les caresser et faire des activités avec eux leur apportent un vrai moment de plaisir.

A partir de l’expérience de différents EHPAD et de différents intervenants, voici quelques bases pour proposer des activités autour du cheval ou de l’âne, dans le cadre des animations proposées aux personnes âgées en perte d’autonomie.

* INSEE = Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
** DREES = Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques

Le cadre de l’activité

L’activité se déroule toujours sous la responsabilité de l’établissement. Les résidents sont encadrés par des animateurs et/ou des assistants de soin gériatrique. Les psychologues, psychomotriciens ou ergothérapeutes s’impliquent à des degrés divers, en fonction de la nature du projet.

La taille du groupe varie entre 4 et 8. Elle dépend du degré d’autonomie des personnes, notamment au niveau de la marche, et du taux d’encadrement (compter un encadrant pour 1 à 3 personnes, en fonction de l’activité et de l’autonomie de la personne).

Les équidés peuvent vivre à l’année sur le site, dans le cadre de vie des résidents

L’EHPAD doit avoir des surfaces en herbe suffisamment grandes et du personnel compétent pour assurer leur surveillance et leurs soins de base. Pour certains résidents, voir des chevaux de trait, des poneys ou des ânes de la fenêtre de la chambre, aller régulièrement leur donner des carottes et des pommes… peut apporter une forme de réconfort.

Cela peut devenir de la médiation équine à visée thérapeutique si l’équipe de soignants définit un objectif sur une certaine durée, une progression envisagée avec les indicateurs d’évaluation correspondants, et des intervenants choisis en fonction de l’objectif fixé.

Les interventions peuvent être faites sur le site, avec des professionnels du cheval

Soit le professionnel vient régulièrement et connait bien les animaux avec lesquels il va travailler, soit il vient avec ses propres équidés. Il faudra alors, au préalable, qu’il reconnaisse le lieu prévu pour le déchargement du cheval, ainsi que le lieu où se déroulera l’atelier en lui-même.

Dans les deux cas, une convention entre l’EHPAD et le professionnel permet de fixer les objectifs des séances, les conditions de leur réalisation, les responsabilités de chacun, le nombre de séances, le calendrier, le coût global des interventions.

Les interventions peuvent se dérouler dans une structure équestre

L’EHPAD organise, dans ce cas, le déplacement des résidents. Cela nécessite un véhicule spécialisé, la mise en place d’un planning pour définir qui accompagne le groupe et quand. Le temps du trajet est à prendre en compte. Ce sont des contraintes, mais cela crée une dynamique, un engagement de toute l’équipe dans le projet.

La structure équestre doit être accessible aux personnes à mobilité réduite, pouvoir proposer des lieux abrités (manège, large couloir dans l’écurie) en cas de pluie et/ou de vent, être bien entretenue, éventuellement fleurie. La qualité de l’accueil, la présence d’un chat ou d’un chien vont rendre la sortie très agréable et augmenter les effets bénéfiques de l’activité avec le cheval.

Le référent cheval

C’est un professionnel qui connait bien ses animaux : il a établi une relation de confiance avec eux et sait quelle activité il peut proposer avec l’un ou l’autre.

Suivant les activités proposées, il peut être enseignant d’équitation et titulaire du Brevet Fédéral d’Encadrement Equi-social (BFEES) et/ou du Brevet Fédéral d'Encadrement Equi Handi (BFEEH) délivrés par la FFE, artiste équestre ou équicien. Il est responsable du comportement de ses chevaux et d’un éventuel accident qu’ils provoqueraient.

Spécificités des ateliers avec les personnes âgées

Les personnes deviennent plus vulnérables en vieillissant : elles sont plus sensibles aux coups de froid, à la chaleur, aux courants d’air... Elles se déplacent moins facilement et les risques de chute sont importants. Les ateliers avec les personnes âgées ne peuvent donc pas se dérouler toute l’année. Il est préférable d’avoir un espace couvert (manège, large couloir d’écurie). Un sol régulier est souhaitable, des distances courtes entre les différents lieux d’intérêt également.

Il faut prévoir des chaussures adaptées à l’activité : éventuellement des chaussures de sécurité, des bottines ou des chaussures de sport. Certaines personnes, cependant, viendront avec des chaussons orthopédiques.

En fonction du temps, le groupe devra être équipé de casquettes ou de manteaux chauds, voire de couvertures. Le printemps et l’automne sont plus propices aux activités extérieures, mais au-delà de 27°C, les animateurs renoncent généralement à toute sortie.

Quels équidés ?

S’ils sont juste observés, tous les équidés peuvent intervenir dans les ateliers avec des personnes âgées. La diversité de races, de tailles, de robes et d’âges alimente les discussions. Le cheval de trait évoque des souvenirs de travail dans les champs, le Pur-Sang Anglais ou même le Selle Français, les sorties en famille au champ de course local.

Les chevaux qui seront manipulés par les personnes âgées doivent en revanche être très calmes pour ne pas bousculer, ne pas monter sur les pieds ou ne pas « croquer un doigt en même temps que la carotte » ! Les gabarits « poney » sont plus adaptés.

Exemples d’activités assistées par le cheval pour personnes âgées en perte d’autonomie

Au sein de l’EHPAD

L’EHPAD du Centre hospitalier du Penthièvre et du Poudrouve (CH2P), à Lamballe (22), est propriétaire de 2 ânes qui vivent depuis 5 ans au milieu des résidents. A la belle saison, une promenade en attelage leur est proposée une fois par semaine.

Les Chevaux Célestes, compagnie de spectacle équestre basée en Bourgogne, vient à la rencontre des personnes âgées. La veille de la représentation, l’artiste installe un paddock sur une pelouse de l’EHPAD pour deux de ses chevaux. Elle partage la soirée et la matinée suivante avec les résidents, s’installe à table avec eux et échange sur leur vécu avec les chevaux. En début d’après-midi, l’artiste présente son spectacle aux personnes âgées, réunies autour du paddock. D’une durée d’une vingtaine de minutes, le spectacle est basé sur le dressage en liberté et la relation qu’elle a développée avec ses chevaux. Vient ensuite un nouveau moment de partage avec les résidents et les chevaux.


Dans une structure équestre

Pansage d’un cheval avec une élève du Lycée agricole de LavalL’Atelier Hippique du Lycée agricole de Laval (53) a accueilli, au printemps 2019, dans le cadre d’un projet de classe, une dizaine de résidents de l’EHPAD Saint Joseph des Champs. C’est une rencontre intergénérationnelle avec des élèves en seconde professionnelle en filière hippique. Les personnes âgées ont pu caresser et brosser les chevaux et découvrir le quotidien des lycéens : alimentation, pansage, travail des chevaux dans la carrière. Régulièrement, le lycée agricole accueille en visite des personnes âgées (EHPAD, maisons de retraite, associations) : elles sont toujours passionnées par la présentation de la forge et échangent avec enthousiasme avec les maréchaux.

Au Haras national de Lamballe (22), depuis 2014, les personnes accueillies au Pôle d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) de l’EHPAD du CH2P et celles venant à l’Accueil de jour participent régulièrement à des ateliers autour des étalons bretons et des poneys.

Elles commencent à perdre leur autonomie mais sont capables de mobiliser leur attention sur des êtres vivants et mouvants, de suivre des consignes, de se souvenir de certains évènements marquants. Quatre séances différentes sont proposées :

  • Un atelier de découverte des chevaux (différentes races, tailles, robes, tempéraments).
  • Un atelier où les personnes prennent soin des chevaux, s’exercent à faire soit des tresses comme pour les présentations traditionnelles de chevaux Bretons, soit des « pions » (petites nattes enroulées sur elles-mêmes et fixées avec un élastique) comme pour les chevaux de concours hippique.
  • Un atelier basé sur l’observation du cheval au travail : jeunes chevaux sautant en liberté dans un rond d’Havrincourt, poney attelé évoluant dans les allées du haras.
  • Dans le dernier atelier, que ce soit en fauteuil roulant ou avec une canne, elles font un parcours avec un poney en main.

Tressage de la crinière d'un cheval par une personne agéeParcours avec un poney en main


La conférence des financeurs de Meurthe et Moselle (animée par le Conseil Départemental) finance, depuis 2016, des ateliers de médiation équine au cœur du Haras National de Rosières-aux-Salines (54) : ateliers « à pied » animés par une psychologue et une équicienne, ateliers hippomobiles assistés par des animateurs sur les thèmes environnementaux et historiques. Environ 200 bénéficiaires y participent chaque année de mai à septembre.

Dans certaines structures, équipées d’un cavalève et dotées de chevaux porteurs et très dociles, les personnes âgées qui le souhaitent montent à cheval. Dans le cadre d’un projet d’équithérapie, sur une durée de 15 semaines, le centre équestre La Ville Neuve, à Boquého (22), a ainsi accueilli des résidents de l’EHPAD de Quintin, intégrés au sein du PASA. Sur les 11 personnes qui ont participé à tout ou partie des 15 séances, 6 ont pu, à nouveau, chevaucher. Elles en étaient très fières, se redressaient, revivaient des sensations connues autrefois et certaines s’en souvenaient encore le lendemain.

Ce qu’il faut retenir

Des activités très variées peuvent être proposées aux personnes âgées pour éveiller, susciter l’émotion, favoriser la mémoire et la mobilité, valoriser leurs capacités.

Gérer des équidés au quotidien au sein de l’EHPAD, accueillir des intervenants extérieurs ou déplacer le groupe de personnes âgées dans une structure équestre sont trois possibilités différentes, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Des ânes ou chevaux résidant à l’année sur les espaces verts de l’EHPAD

Points fortsLimites
Présence du cheval à chaque instant, suscite l’envieCapacités d’accueil (surfaces, personnel pour soigner les animaux)
Visites aux chevaux faciles à organiserManque de « cadre »
Peuvent entrer dans le cadre des soins donnés par l’EHPADIntérêt des psychothérapeutes et psychomotriciens à la MAE

Des interventions au sein de l’EHPAD

Points fortsLimites
Action ponctuelle, préparée en amontCapacité d’accueil
ExtraordinaireMobilisation du personnel de l’EHPAD
Accessible à tous et profite au plus grand nombreDifficile à renouveler

Des activités dans une structure équestre

Points fortsLimites
Structure adaptée à la manipulation des chevauxDéplacement des personnes âgées
Compétences MAE ou seulement cheval/âneMobilisation des professionnels de l’EHPAD (psychologue… )
Projet « cadré »Vêtements et chaussures adaptés
Changement d’environnementAdaptation du lieu aux PMR
En savoir plus sur nos auteurs
  • Patrice ECOT Ingénieur de projets et développement IFCE
  • Carole YVON-GALLOUX FFE Cheval Et Diversité - chargée de mission Handicap, Soins et Inclusion
  • Juliette MOS Ingénieur de projets et développement IFCE
Bibliographie
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 27 10 2020