La filière équine irlandaise

Terre d'élevage, très connue pour la race Connemara, l'Irlande a une filière équine bien développée. Ce pays est surtout tourné vers l'élevage de chevaux de course et de sport-loisirs, notamment dans la discipline du concours complet.

1

par Aline DECOUTY - Astrid ENGELSEN - | 02.01.2017 |
Niveau de technicité :
Morphologie Connemara
Sommaire

Contexte agricole

M = million(s) | Md = milliard(s)
Principales donnéesIrlandeFrance
Superficie (km² - 2011)70 280549 190
Population (106 habitants - 2016)4,765,6
Densité (habitants/km² - 2016)68118
PIB (Md€ - 2012)1642 033
PIB/habitant (€ - 2012)35 79231 144
Part de l'agriculture dans le PIB (% - 2012)1,62,0
Surface arable (Mha - 2011)1,118,4
Terres agricoles (Mha - 2012)4,629,1
Aides PAC perçues (M€ - 2013)1 7149 855
Surface forestière (Mha - 2013)0,716,0
Exportations agricoles vers l'autre pays (M€ - 2012)751 (I vers F)479 (F vers I)

Une identité agricole forte

Drapeau de l'IrlandeL’Irlande se caractérise par son image d’île verte. La surface agricole utile représente 69% du territoire. Elle est occupée à plus de 80% par les prairies et pâturages. L’activité principale est l’élevage, qui représente 85% de la valeur de la production agricole du pays. 70% des exploitations sont en zone défavorisée ou de montagne.


Un pays tourné vers l’exportation

La France est le 2ème client de l’Irlande et son 4ème fournisseur pour les productions agricoles. Ses relations historiques avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne en font des partenaires commerciaux privilégiés. L’industrie agro-alimentaire irlandaise est essentiellement tournée vers l’export : 90% de la viande et 80% des produits laitiers sont exportés, principalement vers le marché européen.

Des exploitations agricoles nombreuses et de petite taille

140 000 exploitations dont 21 000 avec une activité équine. La surface moyenne est de 35ha et la mixité des ateliers est très répandue. Une particularité irlandaise est la pluriactivité des exploitants : 30% des exploitants ont une autre activité en dehors de l’exploitation. 81% des exploitants sont propriétaires. L'attachement au foncier est très important et se transmet dans un cadre familial.

Organisation des acteurs de la filière équine irlandaise

Depuis 1940, le gouvernement est très impliqué dans la filière équine. D’abord dans l’industrie des courses, puis dans le sport-loisirs par une série de mesures législatives. Le système de tutelle est proche de l’organisation de la Grande-Bretagne : pas d’organisme de centralisation, des associations de races qui gèrent les naissances des races irlandaises et deux ministères qui financent la filière équine : le Ministère des sports, arts et tourisme et le Ministère de l’agriculture. Au financement courant de ces deux structures s’ajoutent, selon les années, des plans de financements supplémentaires (National Development Plan).

Budget Horse Sport Ireland (HSI)
201020112012
Elevage (M€)

Subvention DAFM

Fonds propres

1,85

1,19

1,78

1,17

1,67

1,06

Sport (M€)

Subventions ISC

Fonds propres

1,49

0,77

1,36

0,59

1,28

0,61

Total (M€)5,344,914,63

Horse Racing Ireland et Horse Sport Ireland

Horse Racing Ireland (HRI) et Horse Sport Ireland (HSI) sont les principaux interlocuteurs du gouvernement. L’un centralise les courses hippiques, l’autre le sport-loisirs. Ils permettent ainsi de déterminer une politique et des actions.

Pour le sport-loisirs

HSI fédère un large éventail de sous-secteurs avec ses 22 membres affiliés. HSI a la responsabilité à la fois du secteur élevage et du secteur sport. Depuis juillet 2008, le Ministère de l’agriculture irlandais (DAFM) lui a confié la tenue de l’Irish Horse Register, base de données centrale où les stud books remontent leurs informations. HSI est financé à hauteur de 1,8 millions d’euros par des subventions du gouvernement, soit 30% de son budget annuel.


Pour les courses hippiques

HRI rassemble les différents acteurs de la filière course. A noter que les courses hippiques en Irlande sont une filière qui pèse lourd dans l’économie, que ce soit la partie élevage ou la partie paris hippiques. Outre les bookmakers, une partie des paris se fait via un système centralisé de paris mutuels géré par le Tote. Ainsi, 27 millions d'euros ont été redistribués à la filière par l’intermédiaire du Racing Board en 2014.                                                                      

Production équine en Irlande

L’Irlande est une terre d’élevage. L’élevage équin est présent dans chacun des 32 comtés. Une spécificité avec le Connemara, où la majorité de l’élevage se concentre dans le berceau de race, sur la côte Nord-Ouest du pays. Le reste des chevaux de sport-loisirs sont élevés partout dans le pays. 

Les pur-sang sont majoritairement présents dans la région de Cork et de Kildare, proches de pôles urbains pour des raisons de facilité d’accès. Pendant la saison de monte (janvier-mai), la population de juments pur-sang double. Cela s’explique par le fait que des juments européennes viennent à la saillie d’étalons irlandais.

Le cheptel équin augmente chaque année depuis 2005, notamment la population de chevaux de sport-loisirs. Depuis 2011, le nombre de chevaux de sport-loisirs a dépassé le nombre de pur-sang. Ils représentent aujourd’hui les 2/3 du cheptel équin irlandais, estimé à 180 000 têtes.

Répartition du cheptel sport-loisirs en 2012
Cheptel
Elevage

Juments

Jeunes chevaux

Etalons

TOTAL

28 673

42 864

1 812

73 349

Compétition

10 354

Loisirs

AIRE

AIRC

Autres

TOTAL

3 006

1 760

31 116

35 882

Non déterminé

4 783

TOTAL124 368

Le cheptel pur-sang est connu précisément avec 12 909 juments, 216 étalons et 7 999 poulains répartis chez 6 058 éleveurs pour l’année 2014. L’Irlande est le leader européen de la production PS en termes de naissances.

Utilisation des équidés

Filière course

Les courses de galop sont très présentes en Irlande, à la fois dans la culture irlandaise et dans l’économie nationale. Avec ses 26 hippodromes, 2 489 courses et 347 réunions de course, ce sont 1,3 millions de personnes qui ont fréquenté un hippodrome en 2014.

Une particularité de l’Irlande est la gestion des hippodromes. Comme en Angleterre, elle est planifiée comme un centre de profit avec, en plus des courses, des offres de sponsoring et de location d’espaces très développées. En 2014, 44% des revenus hippodromes étaient liés aux médias et sponsors et 23% aux entrées spectateurs, contre seulement 3% de subventions.

L’autre particularité de l’Irlande est l’organisation de courses de « point to point », courses réservées aux amateurs. Très prisées, elles permettent de valoriser les moins bons produits pur-sang des éleveurs. Elles ne doivent pas être négligées, car ces courses sont souvent un banc d’essai aux futurs champions de concours complet et révèlent régulièrement de futurs bons jockeys. Bien que conviviales, elles sont strictement réglementées par l’INHS et le Jockey Club.

16 000 emplois directs
40% des pur-sang produits en UE et 11% au niveau mondial
1,1 billions d’euros de chiffre d’affaire
267,7 millions d’euros d’exportations
6 058 éleveurs
12 909 juments 
7 999 poulains
 

Filière sport

La pratique de l’équitation est répandue en Irlande. Il existe différents type d’écoles d’équitation, associatives ou commerciales, ainsi que des poneys clubs et structures dédiées au loisir. 35 882 chevaux sont recensés pour la pratique de l’équitation – hors compétition – dont 18 700 dédiés uniquement aux loisirs et détenus hors structures professionnelles. Les disciplines les plus pratiquées sont les trois disciplines olympiques, avec une prédominance pour le concours complet. 

L’équitation en compétition est aussi très répandue. 12 546 chevaux avaient un passeport validé pour faire de la compétition en 2015. 151 886 participations à un concours national et 6 056 à un concours international ont été enregistrées sur la même année.

Particularité de l’Irlande, la chasse à courre est une pratique très usitée. De même, les « Equestrian inter-school » sont des jeux qui comptent près de 2 000 étudiants participants par an. Deux championnats sont organisés : un pour les 12-15 ans, l’autre pour les 16-19 ans, avec une finale pour chacun. Les retombées économiques sont estimées à 1,1M€.

708 millions d’euros de chiffre d’affaire
11 417 emplois directs et 47 000 indirects
12 4000 équidés de selle
15 110 éleveurs
47 000 pratiquants

Réglementation

Une intégration des équidés dans le droit rural et agricole

En matière d’aménagement rural, le critère pour déterminer si une construction en zone agricole nécessite un permis, repose non pas sur le statut d’agriculteur de l’exploitant ou la finalité de l’activité envisagée mais sur la nature du bâtiment envisagé. Les boxes pour chevaux, les carrières, pistes, paddocks et autres espaces clôturés de plein air pour l’exercice et l’entraînement des chevaux étant considérés comme des structures agricoles, il n’y a pas d’obstacle à l’installation d’une entreprise du secteur du cheval en zone agricole. A condition que les infrastructures ne soient pas destinées à l’organisation d’événements publics.

En ce qui concerne la fiscalité, les équidés qui ne sont pas destinés à être utilisés dans la production de denrées alimentaires ou la production agricole ont été retirés de la définition de « bétail », qui donne droit à un taux réduit de 4,8%, suite à la condamnation de l’Irlande par la Cour de justice de l’UE en 2013. L’Irlande continue cependant d’appliquer un taux réduit de 9% à la vente ou la location des chevaux de selle ou de courses. Ces mesures semblent témoigner d’une volonté nationale de soutenir l’économie de la filière équine. 

Une volonté de renforcer la traçabilité et les contrôles de l’identification des équidés

En janvier 2016, le Parlement irlandais publiait un rapport sur l’industrie équine dans lequel il déplorait le fort taux de non-conformité à la réglementation sur l’identification des équidés. La difficulté de recenser les équidés et d’identifier leurs propriétaires peut avoir des conséquences graves en termes de contrôle sanitaire et de maltraitance. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, l’Irlande se dote d’instruments législatifs destinés à combler ces lacunes, comme la règlementation de 2014 sur le contrôle des lieux de détention des équidés ou une loi de 2016 qui impose de notifier le changement de propriétaire d’un équidé sous peine de sanctions importantes. 

Un droit précurseur pour la libéralisation des paris hippiques

Le modèle irlandais a toujours été libéral en matière de paris hippiques, autorisant dans une large mesure l’activité des bookmakers sur ou en dehors des hippodromes. Face à l’essor important du marché des jeux en ligne et le développement de nouvelles formes de paris, la législation irlandaise a choisi de ne pas fermer ses frontières aux bookmakers implantés à l’étranger, sous réserve qu’ils obtiennent une licence pour la part de leur activité réalisée en Irlande et qu’ils soient imposés sur ces opérations en vertu de la loi fiscale irlandaise. L’activité du « betting exchange », interdite dans plusieurs pays dont la France, est également encadrée par cette nouvelle législation et soumise à une taxe de 15% des commissions facturées aux joueurs irlandais.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Aline DECOUTY
  • Astrid ENGELSEN
Bibliographie
  • Department Agriculture Food and Marine (DAFM)
  • Irish Sports Council (ISC)
  • http://www.horsesportireland.ie/about/reports-publications/
  • HSI, 2012. Presentation of the Horse Sport Industry. Chiffres tirés de l’UCD reports.
  • Department of Agriculture and rural development (NI)
  • HRI Factbook 2014
  • HSI, 2015. Annual Report.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 21 01 2020
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?