La filière équine chinoise

Longtemps restée un luxe réservé aux riches, l’équitation en Chine tend à se démocratiser dans la classe moyenne. Suite à l’engouement suscité par les Jeux Olympiques de Hong Kong en 2008, les sports équestres connaissent un véritable essor ces dernières années. En plein développement, la filière équine chinoise manque cependant d’une cavalerie adaptée, de savoirs et de savoir-faire. Elle représente donc un marché attractif pour la concurrence internationale. Une opportunité pour la France de faire rayonner sa culture équestre et ses chevaux jusqu’en Orient.

1

par Nelly GENOUX - Laurence CORNAILLE - | 29.04.2019 |
Niveau de technicité :
cavaliers dans une structure équestre © Pixabay
Sommaire

Données générales & contexte agricole en Chine

Capitale : Pékin
Principales agglomérations :

  • Shanghai
  • Canton
  • Tianjin
  • Chongqing
  • Wuhan
  • Chengdu
  • Shenyang

Langue officielle : chinois (mandarin ou putonghua)
Monnaie : Renminbi
Indicatif téléphonique : +86
Régime politique : république
Climat : Très variable suivant les régions au vu de l’étendue du territoire → climat sec avec de sévères hivers au nord, climat plus tempéré au centre et climat subtropical humide, marqué par la mousson, au sud.

M = million(s) | Md = milliard(s)
Principales donnéesChineFrance
Superficie (km² - 2014)9 562 911549 190
Population (106 habitants - 2014)1 39465,9
Densité (habitants/km² - 2014)144119
PIB (Md€ - 2014)7 7992 131
PIB/habitant (€ - 2014)5 71732 341
Part de l’agriculture dans le PIB (% - 2014)9,21,7
Surface arable (% territoire - 2013 )11,133,5
Terres agricoles (% territoire - 2013)53,850,4
Surface forestière (Mha - 2015)208,317,0
Echanges agroalimentaires (M€ - 2015)Export61 40059 400
Import94 90050 100
Solde-33 5009 300

Organisation des acteurs de la filière équine chinoise

En Chine, la pratique de l’équitation en tant que sport ne connaît un véritable essor que depuis quelques années. Boostées par les Jeux Olympiques d’Hong Kong en 2008 et par l’émergence d’une classe moyenne plutôt aisée, les pratiques équestres se démocratisent et le nombre de centres équestres ne cesse d’augmenter. Si l’équitation reste un sport coûteux, pas accessible à tous et toujours empreint d’une image de prestige et de luxe, elle n’est plus seulement l’affaire des riches chinois et se répand progressivement.

La filière équine chinoise est donc en pleine structuration. C’est la principale mission de l’Association de l’Industrie du Cheval de Chine (CHIA pour China Horse Industry Association en anglais) qui œuvre pour organiser et réglementer la filière. Seul organisme officiel du pays, dépendant du Ministère de l’Agriculture, cette association gère le secteur économique de la filière cheval en Chine.

La Chinese Equestrian Association fédère, quant à elle, les différents clubs. Elle s’occupe du plan de développement, de la stratégie et de la politique des sports équestres et hippiques (organisation de compétitions nationales et internationales dans diverses disciplines, de courses hippiques, formation des coaches et cavaliers…). Il s’agit d’une organisation nationale non gouvernementale à but non lucratif.

Réglementation

Vers un système d’identification des équidés sur le modèle français ?

La filière équine chinoise cherche à moderniser son système d’identification et de traçabilité des équidés. En 2012, la délégation chinoise s’est ainsi rendue à la société Allflex en Basse-Normandie pour l’achat de transpondeurs électroniques (puces) dans l’optique de mettre en application/tester le modèle français d’identification des équidés.

Interdiction des paris dans la filière courses

Interdites depuis 1949 sous le régime communiste de Mao, car jugées comme une activité « capitaliste » avec la prise de paris, les courses hippiques sont aujourd’hui à nouveau autorisées. Le marché des paris hippiques n’en demeure pas moins interdit, ce qui entrave encore le développement de la filière course.

Production équine en Chine

Il existe très peu de données fiables sur l’élevage de chevaux en Chine. Estimé à plus de 9 millions d’équidés, le cheptel chinois représente le plus vaste cheptel d’équidés du monde. Outre son impressionnante taille, ce dernier est très hétérogène : au total, pas moins d’une trentaine de races seraient répertoriées. La race du « poney chinois » n’existe pas à proprement parler. Par abus de langage, cette dénomination fait en réalité référence à une diversité de poneys/petits chevaux rustiques, vraisemblablement d’origine mongole, qui ont reçu au cours de l’histoire et des migrations l’influence d’autres races. On peut par exemple citer le Hequ, le poney tibétain ou encore le Kazakh, trois races issues de croisements avec le cheval mongol. D’autres croisements, notamment avec des chevaux russes et européens, ont également été opérés.

Quoiqu’il en soit, le cheptel équin chinois reste en majorité composé de poneys/chevaux de petite taille, certes rustiques, mais mal adaptés à la pratique de l’équitation « moderne ». Les chinois importent de plus en plus de chevaux étrangers pour enrichir la cavalerie des centres équestres.

Utilisation des équidés

Filière sport & loisirs

La pratique de l’équitation de loisir et de compétition connaît une croissance explosive et se démocratise peu à peu. Ces deux dernières années plus particulièrement, le nombre de clubs a doublé, passant de 907 en 2016 à 1802 en 2018. Parmi eux, 241 centres équestres se concentrent autour de Pékin (Beijing). Le nombre de cavaliers amateurs est quant à lui passé de 400 000 en 2015 à presque 1 million en 2018. Les principales disciplines pratiquées dans le pays sont l’équitation classique anglaise, l’équitation western, le polo et l’endurance.

Mais la Chine ne se contente pas de l’intérêt nouveau accordé à l’équitation de loisir. Elle se lance également dans l’organisation de compétitions nationales et internationales (étape du Longines Global Champions Tour en CSO à Shanghai, CEI de Dangshan, festival d’équitation western de Qingdao).

Filière course

A l’inverse de l’équitation, les courses hippiques ont plus de mal à émerger. Il est en effet difficile de les financer sans paris. Pour le moment, ces dernières n’en sont qu’à leurs débuts et reposent fragilement sur le financement d’entrepreneurs privés. Une opportunité à saisir pour la France, qui essaye petit-à-petit d’importer le modèle économique du pari (PMU) et des sociétés de course (France Galop, Le Trot), sources de financement de la filière équine française.

Importations-exportations

Importation de culture équestre et de chevaux occidentaux

Faute d’une cavalerie adaptée et d’expertise technique/pédagogique, des partenariats se mettent progressivement en place, notamment avec l’accueil d’instructeurs occidentaux expérimentés pour former les moniteurs/cavaliers chinois et l’import de chevaux de selle.

Quête d’une cavalerie adaptée

Les chinois importent de plus en plus de chevaux venus de l’étranger (Pays-Bas, Australie et Nouvelle Zélande principalement, mais aussi la France) – plus particulièrement des chevaux de selle pour l’enseignement de l’équitation classique (chiffres en régression en 2018, car les clubs commencent à disposer d’une bonne cavalerie) et des chevaux de course (+11% en 2018 par rapport à 2017). En 2018, 1780 chevaux ont été importés au total, contre 2300 en 2015 (chiffres incluant les chevaux importés de façon transitoire pour une période de compétition).

En ce qui concerne la France, plusieurs conventions ont déjà été signées pour importer des chevaux de race Selle Français, Trotteur Français ou encore Percheron. Dans la filière course par exemple, un partenariat a été signé entre la société de courses française Le Trot et la CHIA pour la production de trotteurs français en Chine. Des étalons et poulinières TF ont été exportés vers la Chine et y ont déjà gagné des courses. Plus récemment, un autre partenariat a été signé entre le PMU et la CHIA cette fois-ci, dont l’objectif est de faciliter le développement des courses dans ce pays.

Quête de savoirs et savoir-faire

La Chine manque encore cruellement d’enseignants qualifiés. En 2018, la plupart des moniteurs recrutés (63%) ont été formés sur le tas après embauche, contre seulement 37% de coaches directement recrutés comme moniteurs d’équitation. En quête de savoirs et de savoir-faire, et avide de développer une équitation tournée vers le haut niveau, la filière équine chinoise n’hésite pas à faire appel à des grands noms de l’équitation venus d’Europe pour la formation des cavaliers et coaches (exemple : partenariat avec Ludger Beerbaum, cavalier allemand de saut d’obstacles s’étant illustré dans les plus grandes épreuves internationales).

Réglementation pour l’export d’un équidé vers la Chine

La réglementation relative à l’exportation de chevaux vers la Chine est très stricte au niveau sanitaire.

Formalités administratives

Dans la majorité des cas, l’exportation d’un cheval depuis la France vers la Chine ne nécessite pas de formalités administratives auprès du SIRE. Trois exceptions existent pour les races Pur-sang, Pur-sang Arabe et Trotteur Français. Pour plus d’informations, consultez la page SIRE sur l’exportation d’un équidé, rubrique « Démarches administratives ».

Démarches sanitaires

Pour l’export d’un cheval dans un pays tiers, notamment en Chine, des démarches sanitaires sont à réaliser et nécessitent l’intervention d’un vétérinaire. Vous pouvez consulter la page SIRE relative à l’exportation d’un équidé, rubrique « Export – pays tiers ».

Il existe actuellement 5 centres de quarantaine en France :

  • 2 en Normandie (Domaine de Belleval et Ecuries Daguet) ;
  • 1 dans l’Oise (Haras du Bois d’Argile) ;
  • 1 en Charente Maritime (Haras de la Borderie) ;
  • 1 à Nouans-les-Fontaines en Indre-et-Loire (Ecuries du Domaine du moulin neuf).

En cliquant sur ce lien, vous trouverez le certificat sanitaire Expadon pour l’exportation d’un cheval vers la République Populaire de Chine.

Exporter en Chine : combien ça coûte ?
Tableau 1 : Taxes à l'importation en Chine © UNIC
Droits de douane générauxDroits de douane MFN (Most Favoured Nation)TVA
Chevaux de sport et d’élevage0% ou 30%0% ou 10%13%
Semences0%0%13%
Articles de sellerie et cuirs100%20%17%
Textiles90-130%17,5-25%17%
Aliments14%4% ou 5%13% ou 17%
Produits vétérinaires35% ou 70%5%17%

A titre indicatif, il faut compter environ 22 000€ de frais de transport pour une stalle de 3 chevaux lors d’un vol Paris-Pékin.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Nelly GENOUX Ingénieur agronome - Ifce
  • Laurence CORNAILLE Chargée de la coopération internationale - Ifce
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 23 07 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?