La filière équine des Pays-Bas

1

par Aline DECOUTY - Astrid ENGELSEN - | 14.06.2017 |
Niveau de technicité :
Cheval Frison
Sommaire

Données générales

 Capitale : Amsterdam (790 000 hab) 

Principales agglomérations :
Rotterdam (617 300 hab)
La Haye (502 000 hab)
Utrecht (316 200 hab)

 

Langue officielle : Néerlandais 

Monnaie : Euro

Indicatif téléphonique : + 31

Régime politique : Monarchie constitutionnelle

Climat : Le climat est tempéré océanique avec des étés frais et des hivers marqués

Principales donnéesPays-BasFrance
Superficiekm² - 201441 500549 190
PopulationMhab - 201416.865.6
DensitéHab/km² - 2015407118
PIBMd€ - 20146622033
PIB / habitant€ - 201239 35431 144
Part agriculture dans PIB% - 20141.82
Surface arableMha - 20110.518.4
Terres agricolesMha - 20121.829.1
Aides PAC perçuesM€ - 201311519855
Surface forestièreMha - 20130.416
Exportations agricoles vers l'autre paysM€ - 2015
 
5506
I vers F
3659
F vers I

Sources : Ministère de l’agriculture, « Alim’agri » relations internationales (BEPI/DGPE) et Eur’activ.fr

Organisation des acteurs de la filière équine

Chaque filière est très sectorisée et se côtoie peu. Il n’existe pas d’organisme « passerelle » rassemblant les différents secteurs de la filière équine, ni de soutien de l’une envers l’autre. Le sport est le plus présent, et ce au plus haut niveau de l’Etat car soutenu par le Roi. 

 NDR (Nederlandse Draf – en Rensport)

Le galop et le trot sont gérés par cet organisme commun. Il fait office de Jockey-club et de studbook pour les trotteurs et les pur-sang. L’organisation des courses, l’élevage, le respect des règles et la gestion financière sont gérés par l’organisme unique qu’est la NDR. On notera que la filière galop est très minoritaire aux Pays-Bas, notamment la partie élevage. 

 

 Sectorraad Paarden

C'est l’organisme chapeau qui porte les revendications des acteurs de la filière sport au niveau gouvernemental et européen. Il représente les intérêts de l’élevage, de la pratique de l’équitation et des industriels de la filière. Créé en 2007, cet organisme transversal mène des études sur le poids de la filière sport et possède des lobbyistes pour défendre ses intérêts.

 

 

 The Royal Dutch Equestrian Federation (KNHS)

C'est la fédération des sports équestres néerlandaise. Après le football, elle est la deuxième plus grosse fédération. L’industrie des sports équestres pèse 1.5 billion d’euros (Source : Sectoraad Paarden) dans l’économie nationale. KNHS est en charge du calendrier des manifestations sportives, de l’élaboration et de la mise en œuvre de la réglementation, de la gestion des adhérents et des sponsors, ainsi que du site national.

 

 

Nationaal Hippisch Centrum (NHC)

Ce site national a été créé en 2014. Doté de multiples infrastructures pour l’accueil de manifestations équestres de toutes disciplines, il a la particularité d’être co-géré par la KNHS et le KWPN. Cette coopération entre un organisme de sport et un organisme d’élevage est un prélude à la volonté du Roi dans l’organisation de la filière. Le NHC est ainsi le centre national de testage des étalons notamment de la race Frison et KWPN. Les infrastructures du site sont régulièrement louées aux autres associations de la filière sport pour l’organisation de concours et de stages.

 Les principaux locataires sont :

  • Fédération des centres équestres néerlandais (FNRS)
  • Fondation Safe Riding (SVP)
  • Association des propriétaires d’étalons KWPN (BVHH)
  • Fédération des Entrepreneurs Equestres des Pays-Bas (FNHO)
  • Association des chevaux et poney néerlandais (NRPS) 
  • Stud book Welsh (NWPCS)
  • Stud book pur sang arabe (AVS)

Réglementation

Des règles d’urbanisme peu adaptées aux besoins du secteur équin

Les seules entreprises équines considérées comme agricoles, au sens de la réglementation sur l’urbanisme, sont celles qui élèvent des chevaux ou détiennent des chevaux pour la production de lait. Par conséquent, la grande majorité des acteurs du cheval, qui s’orientent vers la compétition, l’entraînement ou le loisir, sans nécessairement comprendre d’atelier élevage, doivent demander des aménagements qui relèvent du pouvoir discrétionnaire de chaque municipalité. Cela, ajouté à la forte pression foncière aux Pays-Bas, rend difficile l’implantation d’activités équestres en zone rurale. 

Pour faire face à cette situation, l’industrie équine, représentée par le Sectorraad Paarden, a publié un manuel pratique à l’attention des municipalités pour que ces dernières appréhendent mieux les enjeux des entreprises du cheval lors de la mise en place de plans d’aménagement rural et de la délivrance de permis d’urbanisme. Elle y propose également des solutions à l’échelle nationale, comme l’extension de la qualification agricole aux autres activités équestres ou, alternativement, la mise en place d’un zonage spécial pour les équidés.

Un régime de TVA plutôt favorable aux acteurs équins

Les Pays-Bas sont un des rares pays en Europe à appliquer un taux réduit de TVA à la vente d’équidés reproducteurs de races normalement destinées à la compétition sportive ou au loisir, ainsi qu’aux jeunes chevaux vendus par l’éleveur. En outre, la prise en pension d’équidés est exonérée de TVA.

Le cheval non soumis aux mêmes règles sanitaires que les animaux de rente

Les éleveurs d’équidés ne sont pas soumis aux mêmes obligations que les autres agriculteurs en ce qui concerne l’enregistrement des terrains sur lesquels ils détiennent leurs animaux. Aucune loi n’impose de déclarer la détention d’un équidé et la tenue d’un registre d’élevage.

Production équine

Le cheptel total est estimé à 450 000 équidés en 2014 (Source : Sectorraad Paarden). Ce chiffre reste une estimation car chaque stud book gère sa base de données et il n’y a pas de centralisation. Les équidés élevés aux Pays-Bas sont principalement des chevaux de sport.

Le KWPN (Koninklijk Warmbloed Paardenstamboek Nederland)

 C'est le stud book majoritaire. Il est aussi très présent sur la scène internationale, avec une première place au classement de la World Breeding Federation for Sport Horses (WBFSH). Il compte 26 000 membres et quelques 10 000 naissances annuelles (Source KWPN). Sa sélection s’établit sur les performances sportives des animaux, en fonction de 3 disciplines : le CSO, le dressage et l’attelage. Ses qualités de cheval de sport lui ont permis de s'implanter dans le monde entier.

 

 

Le KFPS (Koninklijke Friesch Paarden-Stamboek)

 C'est le plus ancien stud book. Créée en 1879 il est l’emblème des Pays-Bas. En 2015, 70000 frisons (Source KFPS, entretien avec le Stud book – Octobre 2016)  et 15000 membres y sont enregistrés. 95% de l’élevage de frisons est destiné à une clientèle loisirs dont une grande partie à l’export. La race s’exporte dans 72 pays du monde, les principaux acheteurs étant le Mexique, la Russie, les Etats-Unis, l’Allemagne, la France et la Roumanie.

Depuis 2008, un recul de 10% des naissances est enregistré. Les 3000 éleveurs de frisons sont principalement éleveurs-amateurs et ont entre 1 et 10 juments. En 2015, 10 éleveurs sur 3000 avaient plus de 15 poulinières.

L’élevage de pur-sang est anecdotique aux Pays-Bas avec 3 étalons, 4 poulinières et 4 poulains recensés en 2015 (Annual report FIAH 2015). Les trotteurs sont un peu plus représentés avec 131 foals, 133 juments et 108 étalons (Annual report FIAH 2015). Le nombre de naissance a subi une baisse de 52% entre 2010 et 2015. Le nombre d’éleveurs recensés est de 99 soit une moyenne de 1.34 juments par éleveur. Le cheptel étalons représente 5% du cheptel européen contre 0.48% pour le cheptel poulinière. Le très faible nombre de juments par étalon (1.23) illustre le fait que les Pays-Bas sont tournés vers le commerce et les exportations. La semence est destinée à l’export dans les autres états membres. 

Utilisation des équidés

Filière courses

La filière galop est marginale avec 31 courses annuelles disputées sur 3 hippodromes. Les courses d’obstacle sont inexistantes. La moyenne des allocations par course est faible (9 264€) ce qui rend les courses de galop des Pays-Bas comparables à la Norvège ou à la Suède.

Comme les autres pays nordiques, la filière trot est dynamique avec 756 courses disputées en 2015 sur 10 hippodromes. 1236 chevaux sont recensés à l’entraînement chez 224 entraîneurs et pour le compte de 730 propriétaires. Les enjeux représentent 22 millions d’euro malgré une baisse de 17% entre 2010 et 2015. Le montant des allocations connaît une forte hausse (+36% en 5 ans) pour atteindre 3872€ par course.

Filière sport-loisirs

Le sport est historiquement lié au milieu associatif aux Pays-Bas. Les structures sportives équestres ne dérogent pas à cette règle et sont majoritairement associatives. 1274 centres équestres de ce type sont recensés par KNHS contre 450 structures commerciales. 

Le nombre de cavaliers adhérents à ces associations est de 211 733 auxquels s’ajoutent 46 600 cavaliers non-affiliés. Seuls les affiliés à des structures associatives ont des profils connus par KNHS. De leurs données ressortent une clientèle principalement féminine et adulte : 82% sont des femmes, et 2/3 à plus de 18 ans. 

Pour pratiquer l’équitation en compétition, une licence spécifique est nécessaire pour les cavaliers et les chevaux. 69 582 cavaliers compétiteurs et 61 381 chevaux ont été recensés en 2015. Ils ont pris part aux 7424 compétitions nationales organisées avec une moyenne de 11.6 concours par cavaliers et par an.

Compétitions internationales organisées en 2015

 

Au niveau international, ce sont 5248 passeports chevaux FEI et 841 cavaliers qui sont recensés en 2015. Les cavaliers enregistrés sont à 60% des femmes. Les compétitions internationales organisées sur le territoire sont nombreuses et bien dotées. Les allocations distribuées s’élèvent à 3.5 million d’euros pour 49 manifestations dans 8 disciplines. 

En savoir plus sur nos auteurs
  • Aline DECOUTY - Idele
  • Astrid ENGELSEN
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 19 04 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?