Pâturage tournant ou continu pour les prairies destinées aux chevaux

Le pâturage est l'exploitation directe de la production primaire de fourrages qui s'avère la plus économique. L'herbe peut couvrir 40 à 90% des besoins nutritionnels annuels totaux selon le type et la race des chevaux. La sélection de la ressource alimentaire, le piétinement et la répartition hétérogène des déjections par les chevaux font de la prairie une ressource qui évolue dans le temps en fonction aussi des conditions pédoclimatiques. Une gestion raisonnée et rigoureuse du pâturage est nécessaire pour rendre son exploitation performante et durable dans l'alimentation des chevaux.

1

Niveau de technicité :
Troupeau de chevaux au pré
Sommaire

Qu'est-ce que le cycle de l'herbe ?

Comme tout être vivant, les végétaux ont un cycle de vie qui comprend :

  • Naissance ;
  • Développement ;
  • Vieillissement ;
  • Sénescence (mort).

La durée de pâturage sur une parcelle doit correspondre au temps que mettent les feuilles à accomplir ce cycle, dont la durée s'allonge au cours de la saison de pâturage.

La pousse de l'herbe se caractérise dans le temps par la formation de feuilles, de tiges portant des épis générant des graines à l'issue d'une floraison. Lorsqu'elle est fauchée ou consommée par un animal, l'herbe recommence sa pousse au début, avec ou sans formation d'un nouvel épi.

Le cycle de l'herbe correspond à son exploitation, précédée du temps de croissance et suivie du temps de repousse sans exploitation, c'est-à-dire :

  • Période de pousse : de la fauche précédente ou de la sortie des animaux jusqu'à la nouvelle exploitation ;
  • Période d'exploitation par le pâturage (de l'entrée à la sortie des animaux) ou par la fauche pour une parcelle donnée.

En fonction des conditions pédoclimatiques et de la situation géographique, on peut exploiter 3 à 5 cycles de pousse de l'herbe par saison en gérant bien la fauche et le pâturage.

Comportement des chevaux en pâture et effet sur la prairie

Les règles de fonctionnement d'une prairie sont les mêmes quelle que soit l'espèce d'herbivores. En revanche, le comportement alimentaire des chevaux au pâturage est particulier. Leur préférence pour l'herbe jeune et riche en protéines digestibles occasionne le développement :

  • De zones pâturées où l'herbe est rasée ;
  • De zones de refus où l'herbe est moins consommée et où les chevaux déposent leur fèces.

On constate un effet sur la flore :

  • Un épuisement des graminées ainsi qu'une colonisation par le trèfle blanc et les plantes à rosettes (pissenlit, plantain, pâquerette) dans les zones pâturées ;
  • Un développement des plantes recherchant des milieux riches en matières organiques et éléments fertilisants (houlque laineuse, dactyle, renoncule, ortie) dans les zones de refus.

Sans une gestion adaptée, le pâturage équin seul génère l'apparition de zones surpâturées où les ressources s'épuisent et d'autres sont gaspillées.

Pratiques dégradant la prairie

Absence de prise en compte de la portance du sol

La portance peut être définie comme la capacité d'un sol à supporter la pression qu'exercent les pneus, les pieds de l'Homme ou les pieds d'un animal. Quand la portance est faible (en période humide), le piétinement engendre un tassement et une perturbation de la vie du sol, défavorable à de nombreuses espèces végétales.

Les sorties quotidiennes des chevaux dans les prairies, même lorsque la portance du sol est limite, créent de nombreuses zones de terres nues. Ces zones sont propices au développement de plantes rampantes (renoncule rampante, agrostis stolinifère) et de plantes à germination rapide (rumex, chardon) non désirables. Elles remplacent peu à peu les espèces consommées. Il importe donc de veiller à préserver les parcelles affectées au pâturage et à condamner des espaces réduits où les animaux sont placés quand la portance est insuffisante.

Vue aérienne d'une parcelle pâturée par les chevaux


Sous- ou sur-utilisation des ressources herbagères

La vitesse de pousse de l'herbe est variable au cours du temps. Elle est liée aux conditions de température et d'humidité. Très importante au printemps, elle ralentit quand les températures deviennent trop élevées (ou trop basses) et en période de sécheresse.

Sur une parcelle donnée, la quantité d'herbe journalière produite évolue. Elle peut largement dépasser les besoins des animaux et générer l'apparition de refus importants. Ou au contraire, elle peut ne pas couvrir les besoins, causant un épuisement de la prairie par un pâturage excessif.

Pour optimiser l'utilisation de l'herbe dans le rationnement des chevaux, en offrant une herbe jeune et appétente, il faudra maintenir le couvert végétal au stade feuillu et limiter la montée à graines. Pour cela, le pâturage tournant sera préféré au pâturage continu.

Pâturage continu

Le pâturage continu consiste à laisser les chevaux dans la même parcelle pendant toute la durée du printemps et de l'été, sur la même surface. La modulation du chargement peut se faire en ajoutant ou retirant les animaux de la parcelle en cours de saison (bovins ou chevaux) ou en agrandissant la parcelle en été avec une zone fauchée au printemps.

Dans ce cas, la production d'herbe n'est pas optimale et des zones de refus se développent si aucune fauche n'est réalisée sur ces zones. Quand la surface offerte est trop importante par rapport au nombre d'animaux, la dégradation de la flore est alors rapide.

Dans les régions arrosées, en absence de fertilisation azotée, on pourra prévoir un chargement modéré de :

  • 50 à 60 ares/UGB (soit 2,5 à 3 chevaux/ha au printemps) ;
  • 80 ares/UGB (soit environ 2 chevaux/ha en été).

Au-delà d'un mois de présence continue dans la même parcelle, il est difficile de bien maîtriser la végétation et d'éviter les refus.

Schéma du pâturage continu

 

 


IntérêtsInconvénients
Moins de travail de manipulation des chevauxRecrudescence de refus et de zones de sol nu
Adapté aux grandes parcellesQualité de l'herbe dégradée
Moins de clôturesMoins de manipulation (des jeunes chevaux)
Moins bonne performance de croissance des jeunes
Nécessité d'adapter le nombre de chevaux à la parcelle
Chevaux et bovins en même temps si on ne souhaite pas les mélanger

Pâturage tournant

Le pâturage tournant ou pâturage en rotation consiste à diviser la surface offerte en 3 à 5 sous-parcelles. Chaque sous-parcelle sera pâturée successivement pour exploiter le cycle de l'herbe au stade optimum : stade feuillu des graminées. Les chevaux seuls ou associés à des bovins pâturent successivement les sous-parcelles ; ils sont déplacés plus ou moins rapidement d'une sous-parcelle à l'autre selon les cycles et en modulant le chargement (nombre de chevaux/ha).

Schéma du pâturage tournant


Chargement sur les parcelles

Dans les régions arrosées, on pratiquera sur le premier et deuxième cycle au printemps un chargement de 2 à 5 chevaux/ha. Ce chargement est à moduler selon la qualité et la densité de la prairie et le niveau de fertilisation.

Puis, au cours des cycles suivants, lorsque la pousse de l'herbe diminue (été), on passera à 1,5 à 2 chevaux/ha.

Le chargement moyen sur l'ensemble de la période de pâturage sera voisin de 2 chevaux/ha. Ce chargement peut varier de 1 à 2,5 chevaux/ha en fonction de la situation géographique (zones humides ou sèches) et en fonction de la qualité de la prairie.

Quand introduire les animaux dans une parcelle et quand les sortir ?

Le cheval préférant l'herbe jeune et riche, il est recommandé de rentrer les animaux assez précocement avant la montée de l'herbe. Cela correspond aussi au stade où la prairie possède les meilleures valeurs alimentaires.

Ne pas attendre d'avoir de l'herbe jusqu'aux genoux !

Une entrée dans la parcelle quand l'herbe a en moyenne une hauteur de 7 à 10 cm est un bon objectif. Si elle a dépassé 15 cm, le stade est déjà trop avancé ; cela accentue le développement de zones de refus, de zones d'herbes couchées et le développement de ligneux.

La parcelle est considérée comme bien pâturée lorsque l'herbe est en moyenne à 5 cm environ (c'est-à-dire au-dessus de la semelle de la chaussure). La limite basse à ne pas dépasser est de 3 cm dans les zones pâturées.

Temps de repousse

Au cours de la saison, le temps de repousse se rallonge et le chargement doit diminuer. La surface de l'ensemble pâturé est progressivement augmentée en rajoutant des parcelles.

Sur les premier et deuxième cycles

Le temps de repousse sera de 15 à 20 jours, puis de 20-25 jours pour le deuxième cycle afin de maîtriser la montée en épi et maintenir un stade feuillu.

Sur les cycles suivants

Les cycles suivants seront rallongés de 30 à 50 jours lorsque le stade feuillu est maintenu.

Ainsi, seulement 50 à 70% de la surface est exploitée en pâturage aux cours des premiers cycles au printemps, où la croissance de l'herbe est élevée. Les parcelles en excédent seront alors fauchées pour produire du fourrage (foin, enrubannage et ensilage). Ces surfaces seront ensuite intégrées en été dans le pâturage tournant pour procurer un temps de repousse supplémentaire aux premières parcelles utilisées.

Les refus seront fauchés dans chaque parcelle à partir du deuxième cycle, après la sortie des animaux de la parcelle, sinon ils auront tendance à s'étendre.

IntérêtsInconvénients
Adapté aux chargements élevésCoût des clôtures
Permet de gérer la surface à faucherDemande plus de manipulation d'animaux
Moins de refusUn parcellaire relativement groupé sera plus facile à gérer pour les changements de sous-parcelles
Meilleure qualité de l'herbe (stade feuillu)
Limite la dégradation du couvert végétal
Permet d'alterner bovins et chevaux

A retenir

► 1 hectare pâturé par 1 cheval, c'est trop ! C'est du gaspillage et plus de refus, notamment au printemps.

► Éviter les grandes parcelles. Le cheval n'a pas besoin de 5 ha pour se défouler.

► Éviter le surpâturage (zones de moins de 3 cm qui se dégradent).

► Traiter les zones de refus (alternance fauche/pâturage, fauche au printemps ou faire consommer en hiver). Eviter que les « herbes envahissantes » montent à graine (rumex, chardons...).

► Éviter le séjour prolongé des animaux en période humide et en hiver, pour limiter la dégradation de la prairie. Laisser un temps de repos au couvert végétal d'au moins 3 mois.

► Associer les espèces (pâturage mixte bovins-équins) pour limiter l'apparition de zones de refus.

Equivalence des UGB : Barème Unité Gros Bétail, d'après Martin Rosset (2011)
Types de chevauxTrait (750 kg)Selle (550 kg)Poney (300 kg)
Jument seule (tarie ou gestante jusqu'à 5 mois)0,870,710,38
Jument avec son poulain sevré de 6 mois pendant 1 an1,621,200,64
Poulain de 7 mois0,750,490,26
Poulain de 7 à 12 mois0,780,560,27
Poulain de 13 à 24 mois1,000,890,49
Poulain de 25 à 36 mois1,040,940,56
Poulain > 36 mois0,980,780,41
En savoir plus sur nos auteurs
  • Pauline DOLIGEZ Ingénieur de développement Ifce
  • Etienne DOLIGEZ
  • Laetitia MARNAY Ifce
  • Catherine TRILLAUD-GEYL Ifce
Bibliographie
  • DOLIGEZ E., 2002. Pâturage du cheval. Prairiales Normandie, Journée technique du Pin, 20 juin 2002.
  • MOULIN C., 1999. Utiliser et gérer l'herbe pour l'alimentation du cheval. Fiches techniques, Institut de l'élevage, Edition Technipel.
  • MARTIN-ROSSET W. et coord. 2011. Nutrition et alimentation des chevaux. Nouvelles recommandations alimentaires de l'INRA, Edition QUAE.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 15 10 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?