L'alimentation de la jument allaitante

Couvrir les besoins nutritionnels de la jument lorsqu’elle allaite, c’est s’assurer qu’elle produise un lait de qualité indispensable à la croissance du poulain. C’est aussi permettre à votre jument de reprendre son cycle ovarien sans retard pour sa mise à la reproduction. Si vous rationnez mal votre jument, vous causez des déséquilibres alimentaires qui se répercutent à la fois sur la croissance du poulain et sur les capacités de reproduction de la mère.

2

Niveau de technicité :
Alimentation de la jument allaitante au pré
Sommaire

La lactation

 Après avoir pouliné, la jument allaite son poulain pendant 6 à 7 mois. Elle produit en moyenne 2 à 3,5 kg de lait pour 100 kg de poids vif (PV) par jour, soit 10 à 20 l/j selon les races. Chez la ponette, la production de lait peut aller jusqu'à 4-5 kg pour 100 kg PV

La quantité de lait sécrété est élevée dès la première semaine après le poulinage. Le pic de production se situe entre le 2ème et 3ème mois. On observe sur les mois suivants une bonne persistance de la production de lait. Au sevrage, une jument produit encore 2kg de lait par 100kg de poids vif par jour.


La jument compense la faible valeur énergétique de son lait par une production abondante tout au long de la période de lactation. C’est à cette période qu’elle connaît ses plus grands besoins nutritionnels. En effet, nourri principalement de lait, le poulain atteint 45% de son poids adulte au sevrage alors qu'il en pesait environ 10% à la naissance.

Les réserves corporelles

On appelle réserves corporelles les tissus adipeux de stockage de l'animal. Cet état d'engraissement est évalué par la note d'état corporel variant de 1 (maigre) à 5 (obèse). Par exemple, pour une poulinière de 500kg, une note d'état de 2 équivaut à 30 kg de réserves et respectivement 70 kg pour une note d'état de 4.

L'objectif est d'obtenir au poulinage, un poulain de poids et de vitalité normaux présentant ensuite une bonne croissance grâce à une production laitière suffisante. En fonction de la destination des poulains, les dates de terme et l'approche alimentaire vont différer.

  • Les juments de course et de sport sont essentiellement nourries d'aliments conservés (fourrages, concentrés) en fin de gestation et en début de lactation car les mises bas sont précoces (janvier à mars). Une note d'état constante de l'ordre de 3 à 3,5 est préconisée.
  • Pour les juments de trait et de loisir, on vise une valorisation maximale des ressources herbagères moins coûteuses. Les mises bas sont plus tardives et synchrones avec la pousse de l'herbe. Une restriction modérée des apports alimentaires en fin de gestation est possible puisque la jument reconstituera rapidement ses réserves corporelles à l'herbe. On veillera néanmoins à maintenir la poulinière à une note d'état supérieure à 2,5 en fin de gestation. Par ailleurs, l'idéal est de viser une note de 3,5 au sevrage et de 3 au minimum en début d'hiver.

Les besoins nutritionnels de la jument allaitante

Les besoins totaux de la jument allaitante sont la somme des besoins d’entretien, de lactation et de gestation (lorsque la jument est de nouveau fécondée après la mise bas). Il faut ajouter les besoins de croissance pour les pouliches de 3 - 4 ans poulinant pour la première fois.

Besoins énergétiques

Evolution des besoins de la jument reproductriceLa synthèse d’un kg de lait nécessite en moyenne 0,30 UFC.

Les besoins énergétiques de la jument évoluent au cours de la lactation. Ils sont particulièrement importants au moment du pic de lactation, les 2ème et 3ème mois (2 à 2,3 fois les besoins d’entretien). Puis ils se maintiennent à un niveau relativement élevé à partir du 4ème mois (1,6 fois les besoins d’entretien).

Exemple : pour une jument de 500 kg au premier mois de lactation, ses besoins journaliers sont de 8,5 UFC (= 4,1 UFC pour l’entretien + 4,4 UFC pour la production laitière) soit le double des besoins d’entretien.

 

 


Besoins azotés

L’évolution des besoins azotés suit celle des besoins énergétiques. Pour couvrir les besoins azotés, la ration totale en fin de gestation et en lactation doit contenir environ 100g MADC/1UFC.

La jument en lactation a des besoins spécifiques en acides aminés indispensables – AAI (ex lysine : 10g/100kg PV par jour, source : National Research Council). Les AAI sont intégrés dans les aliments du commerce destinés aux poulinières et poulains en croissance. La luzerne, le soja sont réputés pour leur richesse.

Un déficit en azote ou en acides aminés essentiels provoque une baisse de la production de lait. Il est primordial de vérifier à la fois la quantité de matières azotées apportées par la ration ainsi que la qualité des protéines (acides aminés indispensables) telles que la lysine et la méthionine.

Besoins en minéraux et vitamines

Les besoins en calcium (Ca) et phosphore (P) augmentent en période de lactation. On veillera à ce que la ration totale contienne 0,6% de Ca et 0,4% de P.

La jument a des besoins élevés en vitamines (spécialement A, D3 et E) ainsi qu'en minéraux et oligo-éléments. Pour éviter toute carence nuisible au poulain et à la jument, il est nécessaire de supplémenter la ration en vitamines et minéraux.

Les besoins alimentaires de votre jument sont à leur maximum lors des 3 premiers mois de lactation. C’est à cette période qu’un déficit nutritionnel est le plus préjudiciable pour la croissance du poulain et les capacités de reproduction de la jument.

Le rationnement pratique

La ration de base de la jument allaitante est le fourrage de bonne valeur nutritive (herbe ou fourrage conservé). Selon la saison et la qualité du fourrage principal, le niveau élevé des besoins en énergie et en azote est atteint par l'ajout d'un aliment concentré :

  • Soit un mélange « fermier » comportant céréales, supplémentation azotée (luzerne ou soja) et complément minéral et vitaminique (CMV)
  • Soit un aliment complémentaire du commerce pour jument allaitante, formulé pour couvrir l'ensemble de ses besoins en complément du fourrage.

Il est préférable d’augmenter les apports alimentaires de manière progressive.

Pour la jument nourrie essentiellement à l'herbe, une complémentation minérale et vitaminée est conseillée au minimum par une pierre à sel (NaCl seul), un bloc à lécher (composé de minéraux et oligo-éléments) ou en distribuant la complémentation individuellement dans un peu de concentrés.

Juments de sport, course ou loisir

En pratique, la jument en lactation de race de course, de sport voire de loisir est souvent complémentée au pâturage avec des concentrés.

Des résultats récents obtenus par l'Ifce et l'INRA chez la jument allaitante de race de sport (Selle Français, Anglo-arabe) conduite sur des prairies permanentes fertiles (Corrèze, alt. 440m) ont montré que la complémentation énergétique et protéinique n'était pas nécessaire lorsque les conditions de pâturage sont favorables : disponibilité en herbe non limitante, herbe exploitée au stade optimal de valeur nutritive via un pâturage tournant.

 Ainsi, comparativement à des juments complémentées en orge à hauteur de 60% de leurs besoins énergétiques de lactation (en moyenne 2.5kg MS d'orge/jument/jour), les juments non complémentées ont couvert leurs besoins en ingérant davantage d'herbe. Elles ont maintenu leur poids vif et une note d'état corporel supérieure à 3. Les poulains ont eu une bonne croissance et une bonne conformation, identiques quelque soit la conduite des juments.


Nous avons ensuite cherché à préciser le seuil de disponibilité en herbe en dessous duquel la mise en place d'une complémentation énergétique est nécessaire pour couvrir les besoins nutritionnels de la jument allaitante. Les résultats d'une première étude au cours de laquelle les juments en lactation exploitaient ces mêmes "bonnes" prairies avec un pâturage au fil avant - fil arrière montrent qu'elles n'étaient plus en mesure de couvrir leurs besoins lorsque la disponibilité en herbe était inférieure à 71g MS/kgPV/j. Cela correspond à une hauteur d'herbe en sortie de parc inférieure à 5cm.

Juments de trait ou de loisir

Les juments de trait ou de loisir sont généralement au pâturage toute l’année. De ce fait, elles sont  alimentées selon les ressources herbagères disponibles. Pour assurer la couverture des besoins, la jument peut puiser dans ses réserves corporelles qu’elle reconstituera au printemps lorsque l’herbe est abondante.

Le tarissement

Vers 3 - 4 mois de lactation, un début d'involution mammaire (réduction) est observée.
  
Au moment du sevrage, la jument se tarit. Pour encourager l’arrêt de la production de lait, les apports alimentaires doivent être progressivement diminués avant la séparation mère-poulain. La restriction commencera 4 à 5 jours avant la séparation. La ration deviendra celle de votre jument à l’entretien.

Ce qu'il faut retenir

  • Bien alimenter votre jument, c’est assurer une bonne croissance du poulain sans nuire aux capacités de reproduction de la mère. 
  • Les besoins nutritifs en cours de gestation augmentent de façon très graduelle et tardive.
  • La lactation est l’état physiologique qui demande le plus d’apports nutritionnels. Les besoins de votre jument en debut de lactation représentent le double de ceux d’entretien.
  • Adapter la complémentation de la ration en fonction de la date de la mise bas et de la disponibilité en herbe.
En savoir plus sur nos auteurs
  • Pauline DOLIGEZ Ingénieur de développement Ifce
  • Laetitia MARNAY - LE MASNE Ifce
Bibliographie
  • Collas C, Fleurance G, Martin-Rosset W, Cabaret J, Wimel L, Dumont B. 2013. Alimentation à l’herbe de la jument de selle en lactation : quels effets d’une complémentation énergétique sur l’ingestion, les performances zootechniques et l’état parasitaire. Compte-rendu de la 39ème Journée de la Recherche Equine, IFCE, Paris, 131-134.
  • Martin-Rosset W, Doreau M, Guillaume D. 2012. La jument. Dans : Nutrition et Alimentation des Chevaux – nouvelles recommandations alimentaires de l’INRA. Martin-Rosset W (Ed), Editions QUAE, Versailles, France, 111-149.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 13 12 2019
Fiche réalisée avec nos partenaires
FEADER NormancieRégion Normandie
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?