L'épaule en dedans

Travail de 3 pistes de la famille des déplacements latéraux, l’épaule en dedans apprend au cavalier à diriger son cheval sur le plat tout en contrôlant l'allure pour le faire se déplacer latéralement.

2

par Nicolas SANSON - Nelly GENOUX - | 19.03.2019 |
Niveau de technicité :
épaule en dedans
Sommaire

L'épaule en dedans : qu'est-ce que c'est ?

L’épaule en dedans est un exercice dans lequel le cheval se déplace latéralement sur 3 pistes (cf. schéma ci-contre) tout en étant incurvé de la nuque à la queue (comme sur un cercle) dans le sens inverse à la marche. Le mouvement est caractérisé par l’engagement du postérieur interne qui vient se placer devant le postérieur externe, et le chevauchement de l’antérieur interne devant l’antérieur externe.

Exemple : Dans le cas d’une épaule droite en dedans, le cheval est incurvé à droite comme sur un cercle à droite mais marche en ligne droite ; il se déplace vers son côté gauche, sans regarder dans la direction où il va. Ses membres dessinent alors trois traces : celle du postérieur gauche PG, celle du postérieur droit PD et de l’antérieur gauche AG, celle de l’antérieur droit AD.

Objectifs

Pour le cavalier

épaule en dedans


Tout comme la cession à la jambe, l’épaule en dedans est un travail de plusieurs pistes qui apprend au cavalier à déplacer son cheval latéralement tout en contrôlant son allure, son attitude générale et le tracé. A la différence près qu’on ajoute de l’incurvation, donc une difficulté supplémentaire. Comme les aides du cavalier agissent de façon dissociée, l’exercice fait aussi travailler la coordination et l’indépendance des aides.

Pour le cheval

A la fois physique et éducative, l’épaule en dedans est un exercice complet pour travailler la disponibilité physique et mentale du cheval (souplesse, coordination…). En apprenant au cheval à s’incurver autour de la jambe, elle a pour effet d’assouplir latéralement la partie la plus rigide de la colonne vertébrale (vertèbres dorsales du garrot à l’arrière du troussequin) et les épaules (par chevauchement). Le mouvement permet également d’assouplir et de renforcer les muscles de la ligne du dessus (surtout dans la région du rein) et des abdominaux (ligne du dessous). Il mobilise aussi les muscles abducteurs et adducteurs des membres, moins actifs dans le cas de la marche directe. La flexion demandée aux articulations, notamment coxo-fémorale (entre l’os du bassin et le fémur) et sacro-iliaque (hanches), favorise le rassembler et l’élévation des gestes. Au niveau de la locomotion, ceci mène à l’engagement des postérieurs et à l’abaissement des hanches, se traduisant par un report de poids de l’avant vers l’arrière-main (allègement des épaules).

Variantes de l'exercice et échelle de progression

Étape 1 : exercices préparatoires

Petites voltes autour de la jambe intérieure

petite volte au pas avec incurvationLe petit cercle reste l’exercice préparatoire par excellence. Agissez avec votre jambe intérieure placée à la sangle. Le cheval doit « tourner autour » sans reporter plus de poids sur une épaule que sur l’autre, et en restant décontracté. Tout en prenant soin de conserver un contact moelleux avec la bouche, votre main intérieure s’écarte pour demander le pli à l’intérieur. La rêne extérieure, légèrement plus tendue, régule le pli et contrôle les dérapages possibles de l’épaule extérieure. Enfin, la jambe extérieure, plus ou moins reculée, contrôle le dérapage possible des hanches vers l’extérieur. Ces 4 aides agissent de manière coordonnée et discontinue. Le danger est d’utiliser trop d’aides, notamment la jambe, sur un cheval qui n’est pas relâché. Cela ne provoque que contractions et incompréhension.

Par la suite, vous préparerez vos figures par une petite volte pour déterminer l’incurvation et/ou reviendrez à la petite volte après la figure pour vérifier le maintien de l’incurvation.

Épaule en avant et contre épaule en avant

épaule en avant et contre-épaule en avant

L’épaule en avant est tout simplement une épaule en dedans avec moins d’angle. Il vous suffit de donner un léger pli et un peu d’angle à votre monture (dans l’idée de ne sortir que l’épaule interne de la piste). Les aides sont les mêmes que dans l’exercice sur la petite volte. Le cheval marche alors sur 4 pistes, sans que ses membres ne se croisent. Cet exercice est plus facile qu’une épaule en dedans car il demande moins d’incurvation.


Pour les chevaux peu aguerris, commencez par réaliser une contre épaule en avant, c’est-à-dire une épaule en avant face au pare-botte. Ce dernier vous aidera à contrôler les épaules de votre monture et rendra l’exercice plus aisé. Mécaniquement, le mouvement est le même que celui d’une épaule en avant, en imaginant que le pare-botte ait été déplacé de l’autre côté du cheval (à sa tête au lieu d’être à sa croupe). Le tracé et l’incurvation restent les mêmes. Tout est une question de représentation dans l’espace… Attention à placer préalablement le cheval en piste intérieure pour pouvoir amener l’épaule interne au pli sur la piste. Pour une contre-épaule en avant droite par exemple, vous marchez en piste intérieure à main gauche et vous allez donner un léger pli à droite, en sortant l’épaule droite sur la piste. Le reste du corps est en piste intérieure et le cheval se déplace le long de la lice.

Contre épaule en dedans

Contre-épaule droite en dedans au trot


C’est le même principe que la contre épaule en avant, sauf que cette fois-ci on ajoute une difficulté supplémentaire en augmentant le pli et en sortant les deux épaules sur la piste. L’exercice reste cependant plus aisé que l’épaule en dedans pour commencer, car la lice (ou le pare-botte) aide à contrôler les épaules du cheval. Les aides sont toujours les mêmes. Comme dans le cas précédent, placez préalablement votre monture en piste intérieure avant de demander la contre épaule en dedans, pour pouvoir lui amener les épaules sur la piste. Pour une contre-épaule en dedans droite par exemple, vous marchez en piste intérieure à main gauche et vous allez incurver votre cheval comme si vous vouliez sortir de la carrière par la lice ; une fois les épaules sur la piste, le cheval marche le long de la lice.

Arrêt dans la position de l’épaule en dedans

Cet exercice est utile pour assurer la bonne compréhension de votre cheval. En effet, l’arrêt ou les allures très lentes sont toujours un très bon outil pédagogique ; le cheval arrêté dans la bonne attitude va mieux comprendre ce que vous lui demandez. Répétez l’exercice plusieurs fois et passez aux exercices suivant seulement une fois que le cheval reste calme dans cette posture à l’arrêt.

Étape 2 : épaule en dedans le long de la lice

Comme exposé dans la rubrique sur l’emploi des aides, à partir d’une volte d’une dizaine de mètres de diamètre, partez en épaule en dedans le long de la piste puis revenez en volte. Au début, contentez-vous de quelques foulées d’épaule en dedans (surtout avec les jeunes chevaux) et récompensez beaucoup.


Comment initier le mouvement ?

Tout est une question de décomposition :
1) Je sors les épaules de mon cheval de la piste ;
2) J’allège l’avant-main pour ne pas pousser sur du poids (cheval qui s’appuie sur le mors) ;
3) Je demande le déplacement latéral avec ma jambe intérieure à la sangle, en regardant dans la direction du déplacement.
Il ne peut y avoir d’épaule en dedans utile qu’avec un cheval léger et une encolure soutenue.

Étape 3 : épaule en dedans dans un coin

épaule en dedans

Chaque coin permet d’obtenir un petit morceau d’épaule en dedans : entrez dans le coin le plus possible avec l’action d’une rêne d’ouverture côté mur. Faites comme si vous vouliez sauter le pare-botte ou traverser le mur (sans aucun effet de force, ni aucune brutalité). Face au mur, votre cheval va tourner de lui-même en engageant son postérieur interne et en s’incurvant. Saisissez ce moment d’incurvation pour demander une épaule en dedans à partir de la deuxième moitié du coin.


Étape 4 : épaule en dedans sur la diagonale

épaule en dedans


La diagonale ramène le cheval naturellement vers la piste ce qui va favoriser le maintien de l’impulsion. Par exemple : réalisez un cercle à main gauche à la sortie d’un coin puis partez sur la diagonale pour changer de main en épaule en dedans. Vous allez vous retrouver en bout de diagonale piste à main droite, en contre épaule gauche en dedans.

Étape 5 : épaule en dedans sur une serpentine

Exécutez une serpentine de 4 boucles sur toute la longueur. Sur chaque demi-cercle, demandez une épaule en dedans et redressez le cheval sur chaque doubler en ligne droite.


► Dès que le dialogue avec votre cheval n’est plus assez clair, revenez à l’allure du pas et demandez un arrêt dans la position de l’épaule en dedans. Caressez bien votre cheval et revenez à des exercices plus compliqués seulement lorsqu’il reste calme dans cette posture.

► Après une série d’épaule en dedans, laissez des temps de récupération et d’étirements à votre monture. Si le travail a été correctement effectué, le cheval doit adopter de lui-même une attitude basse et ronde.

► Quand l’épaule en dedans est maîtrisée, passez ensuite à l’enchaînement de phases de contraction-détente : épaule en dedans suivie d’un demi grand cercle, épaule en dedans suivie d’une diagonale au trot moyen… pour profiter des bienfaits de l’exercice.

Critères de réussite et observables de l'enseignant

Orientation et attitude du cheval

  • Conservation de l’obliquité et régularité de l’incurvation tout au long du mouvement
  • Cheval stable sur la main (qualité du contact)
  • Attitude juste (encolure ronde mais soutenue, chanfrein légèrement en avant de la verticale)

Locomotion et qualité du mouvement

  • Impulsion : cheval actif et constant dans son allure
  • Cheval en équilibre, qui se soutient, allègement des épaules
  • Allure cadencée, c’est-à-dire régulière, et élastique
  • Chevauchement de l’antérieur intérieur devant l’antérieur extérieur
  • Engagement du postérieur interne venant se placer en avant du postérieur extérieur (ce dernier devant rester parfaitement parallèle à la piste)

Obéissance aux aides du cavalier

  • Réactivité de réponse aux aides du cavalier
  • Conservation de l’obliquité et régularité de l’incurvation tout au long du mouvement

Respect du tracé

  • Mouvement avec un cheval incurvé, mais en ligne droite

Problèmes rencontrés et solutions

Mauvaise orientation et irrégularités d’incurvation

  • Incurvation inexistante ou irrégulière
  • Obliquité variable
  • Encolure trop pliée, épaules pas assez sorties
  • Epaules trop sorties

Allégez l’avant-main et pensez à bien sortir les épaules de la piste pour orienter votre monture correctement avant d’amorcer le mouvement. Pour conserver l’obliquité et une incurvation régulière, votre cheval doit être parfaitement à l’écoute de vos aides. Si ce n’est pas le cas, revenez aux exercices préparatoires. Vous pouvez effectuer une petite volte de préparation avant l’épaule en dedans et vérifier que vous avez conservé l’incurvation en en effectuant une autre après.

Le cheval doit être incurvé de la tête à la queue et non pas « tordu » de l’encolure avec le reste du rachis droit. Cela signifierait qu’il ne fait rien et reviendrait à un travail d’une piste avec pli à l’intérieur. La réussite de l’exercice commence par une incurvation juste, mobilisant l’ensemble du corps du cheval et favorisant prise d’équilibre, rassembler et engagement du postérieur.

Problèmes d’impulsion et d’équilibre

  • Perte d’équilibre et de régularité dans l’allure
  • Perte d’impulsion, cadence trop ralentie ou pas constante
  • Tête basculée
  • Temps de suspension diminué

Si le cheval perd de l’impulsion et « colle » à la jambe, il s’agit d’un manque de réactivité aux aides du cavalier. Revenez aux exercices préparatoires et à un travail de transitions rapprochées en cherchant à obtenir une réponse réactive à la jambe d’impulsion. L’exercice n’est envisageable qu’avec un cheval devant la jambe et disponible.

Cheval qui quitte la piste

Si votre cheval tente de fuir le mouvement de côté en partant vers l’avant, c’est qu’il ne comprend pas votre demande. Essayez de mieux doser vos aides ; dissociez bien vos actions de mains et jambes, comme détaillé dans la première partie, pour gagner en précision. Prenez le temps de décomposer le mouvement et soyez progressif dans vos demandes, surtout avec un jeune cheval.

Attention ! Le défaut courant du cavalier peu expérimenté est de reculer sa jambe intérieure, ce qui revient à demander une cession à la jambe… Dans le cas de l’épaule en dedans, la jambe intérieure agit à la sangle.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Nicolas SANSON Ecuyer du Cadre noir de Saumur et responsable du département pédagogique - Ifce
  • Nelly GENOUX Ingénieur agronome - Ifce
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 23 07 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?