Clôtures pour chevaux

Pour satisfaire ses besoins naturels, le cheval nécessite de l'espace où il pourra s'alimenter, se déplacer librement et entretenir éventuellement des contacts sociaux avec ses congénères. Cet espace doit être délimité par des clôtures conçues de manière à maintenir la contention et la sécurité de part et d'autre, celles-ci devant être adaptées au type d'équidés détenus.

 

2

par Pauline DOLIGEZ - Christelle ZANIBELLI - | 09.10.2020 |
Niveau de technicité :
Chevaux dans pâturage avec clôture électrique © F. Cuir, Ifce
Sommaire

Fonction de la clôture

De manière générale, une clôture est une limite par laquelle l’Homme contrôle l’accès des animaux à l'espace. Cette limite peut avoir différentes fonctions :

  • Maintenir un cheptel dans un espace (pâture, paddock…).
  • Interdire l’accès d’un espace à des animaux.
  • Séparer des groupes/individus (allotement, gestion de l'herbe et conduite des prairies en pâturage tournant par exemple…).
  • Protéger un espace des intrusions potentiellement nuisibles (intrusions de grand gibier…).

 

Elle a aussi un rôle esthétique. Les clôtures sont souvent les premiers équipements observés par le nouveau visiteur de la structure équestre. L'aspect esthétique et la qualité des installations (sécurité pour le cheval et pour l'homme) font partie des critères importants à prendre en compte pour l'image de la structure (sérieux, professionnalisme...).

 

Facteur de stress pour les équidés

 

La conduite des chevaux est susceptible de générer du stress et d’entraîner les équidés présents à un certain affolement et donc d’augmenter leur propension à vouloir quitter l'espace qui leur est alloué.

 

De ces paramètres découle le niveau de «  pression  » que le cheval va exercer sur la clôture.

  • un cheval stressé lors d’un isolement sera fortement enclin à contester une limite de parcelle,
  • des chevaux qui ne disposent pas d’une ressource alimentaire suffisante auront tendance à rechercher leur alimentation aux limites de leur parcelle et à les contester,
  • des chevaux ne disposant pas d’abris suffisants contre les intempéries (notamment contre le vent) et contre les insectes piqueurs et les mouches peuvent rechercher à dépasser les clôtures.

Quelques éléments de réglementation

Concernant la détention d'animaux

 

L'article R214-18 du Code rural précise Chevaux devant une clôture haie © F. Marduel, Ifce l'interdiction de garder des animaux en plein air en l’absence de clôtures, d’obstacles naturels (haies naturelles) de nature à faire courir un risque d’accident (sauf cas particulier pour les estives).

 


Concernant le type de clôtures

 

Le détenteur d'équidés, propriétaire ou non des chevaux dont il a la garde est responsable en cas de fuite ou accident vis-à-vis d'un tiers.

 

Toute partie d'une clôture électrique installée le long d'une route ou d'un chemin public doit être identifiée à intervalles fréquents par des signaux d'avertissement attachés à la clôture.

 

L'électrification des fils barbelés est interdite.

 

Conception des clôtures

Clôture temporaire/permanente

 

Clôture permanente

 

La clôture permanente est une structure solide, résistante à la pression des animaux, au climat et à l'environnement. Il peut s'agir d'une clôture électrique avec des fils lisses ou rubans bien visibles.

 

Clôture temporaire

 

La clôture temporaire est un matériel facile d'installation, résistante au montage/démontage et d'une bonne conductivité électrique (piquets mobiles, cordons, cordelettes de section ronde, enrouleurs).

La clôture temporaire ne doit pas faire office de clôture permanente. En effet, son niveau de sécurité devrait dans ce cas être élevé, au risque que les chevaux s'enfuient voire se blessent. La vérification quotidienne devient alors très contraignante !

 

Recommandations sur les hauteurs et nombre de fils ou lices

AnimalNombre de filsHauteurs (cm)
Cheval adulte280-140
Jument suitée350-90-130
Etalon450-90-130-170
Poney miniature320-50-80
Âne275-120

 


Il est recommandé de positionner :

  • Le fil le plus haut à hauteur du poitrail de l'animal à contenir.
  • Le fil du niveau inférieur pas plus bas que le haut du genou pour limiter les risques d'embarrure (jambe passée au dessus du fil et coincée en tentant de se libérer).

 

On placera de préférence le fil électrique visible à hauteur du nez de l'équidé.

 

Espacement entre les piquets

 

Clôture nylon © Horsestop L'espacement entre les piquets variera de 3 à 5 m en fonction de la qualité des piquets, du type de clôture (fil, ruban, lices en bois ou PVC) et en fonction de l'exposition aux vents dominants.

 


Essences de bois indiquées pour la clôture

 

Pour les poteaux, il est recommandé de choisir du bois traité de résineux (pin sylvestre, épicéa, douglas, mélèze) ou de feuillus (peuplier, hêtre, châtaignier, chêne, robinier...).

 

Pour les lices, le pin sylvestre ou maritime, le douglas, le mélèze (pour les résineux) et le châtaignier, le chêne et le robinier faux-acacia (pour les feuillus) sont les plus indiqués.

 


Cas des bois traités à la créosote

 

Le terme de créosote désigne les huiles extraites de goudrons appliquées pour traiter les bois utilisés en extérieur et en contact avec le sol.

 

Les propriétés pesticides et fongicides de la créosote ont été mises à profit pour traiter les traverses de chemin de fer, les poteaux électriques mais également les bois de clôtures (poteaux et lices) mises sur le marché. La filière hippique a donc pu utiliser des bois traités à la créosote pour la conception de clôtures, y compris pour les pistes et carrières par réemploi des traverses, mais aussi pour les lices et poteaux.

 

Présumée reprotoxique et cancérigène pour l’Homme, la créosote présente aussi une toxicité aigüe pour les organismes aquatiques de catégorie 1. Ses caractéristiques la classent également comme substance persistante, bioaccumulable et toxique.

 

La vente et l’usage de bois créosoté a été interdite aux particuliers et dans les établissements recevant du public dès 2003. Un arrêté du 18 décembre 2018 interdit l’installation et la mise sur le marché des bois traités à la créosote depuis le 23 avril 2019 et réglemente leur traitement en tant que déchets dangereux.

Ainsi, depuis le 23 avril 2019, il est interdit de mettre sur le marché ou d’installer des bois traités, importés ou non, neufs ou d’occasion. En particulier, le réemploi est dorénavant interdit.

 

Enfin, une charte d’engagement volontaire a été signée le 19 décembre 2018 et réglemente l’utilisation et la gestion des déchets des bois traités. Il n’y a pas d’obligation de déposer les clôtures installées antérieurement au 23 avril 2019. Toutefois, quelle que soit leur date de mise en œuvre, les déchets de ces clôtures en bois traités à la créosote sont des déchets dangereux qui doivent être traités dans des installations de traitement de déchets dangereux dûment autorisées à les recevoir (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) autorisées par arrêté préfectoral).

 

Les maires, les gardes champêtres, les agents de police municipale, les officiers de police judiciaire, les inspecteurs de l’environnement (spécialité ICPE) sont en mesure de constater ces infractions et de proposer des sanctions administratives ou pénales qui peuvent être lourdes (jusqu’à plusieurs milliers d’euros).

 

Clôture électrique

 

Efficacité de la clôture

 

Clôture électrique © P. Doligez, Ifce Les poneys non ferrés au poil épais (hiver) sont plus difficiles à maintenir dans une aire électrifiée que des chevaux ferrés.

 

Dans le cas d'un réseau long de clôtures, l'utilisation d'un électrificateur unique n'est pas forcément efficace. Il est plus judicieux de distinguer plusieurs circuits électriques de taille moins importante mais plus performants. Il ne faudra pas relier électriquement les réseaux ensemble.

 


Quelques conseils pour l'entretien et le maintien d'une clôture électrique efficace

 

Ruban large PVC © L. Marnay, Ifce Clôtures

  • Vérifier le passage du courant tout au long de la clôture. Une clôture électrique envahie par la végétation est forcément moins performante. Un débroussaillage régulier est nécessaire.
  • Éviter les raccords sous forme de nœuds qui coupent les conducteurs électriques du fil ou du ruban.
  • Assurer une bonne isolation au fil conducteur : l'utilisation d'isolateurs de ligne est à proscrire au niveau des angles de clôture où la traction est beaucoup plus forte - préférer des isolateurs d'angle adéquats.
  • Vérifier l'efficacité de la prise de terre. Un sol sablonneux, sec ou pierreux est mauvais conducteur par rapport à un sol limoneux ou argileux.
  • La conductivité des fils en cuivre ou en aluminium est plus importante que celle du fil en acier, ils sont en revanche moins résistants à la traction. Les équipementiers proposent une combinaison acier/alu ou acier/cuivre pour allier conductivité et résistance.
  • Le cordon (tressage de matière plastique et conducteurs électriques) est plus adapté aux montages/démontages successifs (clôture temporaire) que le ruban (clôture permanente) dont les conducteurs de petits diamètres sont fragilisés par le pliage sur lui-même.
  • Le ruban large a l'avantage d'être visible par l'animal mais a l'inconvénient d'être très sensible au vent (proportionnellement à sa largeur). Une astuce consiste à le vriller de un ou deux tours sur lui-même, un isolateur sur deux : le ruban « balance » moins et est toujours visible et plus durable.

 

Ouvertures

  • La barrière électrifiée doit être manipulable d'une seule main.
  • Attention aux barrières « ressort » qui se déforment dans le temps et peuvent être de redoutables « pièges » à crins lorsque le cheval fouaille de la queue à proximité.

 

Exemple de produits récents disponibles sur le marché

  • Barrière à ouverture automatique flexible en fibre de verre (ouverture et fermeture sans sortir du tracteur)
  • Enrouleur de rappel pour installation de portes modulables en longueur (pour cordon ou ruban)
  • Poignée avec cordon élastique
  • Lices en fils plastique ou ruban large PVC
  • Poteaux de clôture en PVC recyclé    
En savoir plus sur nos auteurs
  • Pauline DOLIGEZ Ingénieur de développement IFCE
  • Christelle ZANIBELLI Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) Normandie
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 28 10 2020
Fiche réalisée avec nos partenaires
FEADER NormancieRégion Normandie
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?