Notes sur l'emploi dans la filière équine

Dans la filière équine, 60% des emplois sont rattachés au secteur agricole. Les 40% restants se répartissent entre les secteurs commercial, industriel, artisanal, libéral, public et parapublic. Tous les 5 ans environ, l’Observatoire des métiers et des formations filière équine (OMEFFE) évalue l’emploi dans la filière équine à partir de plusieurs sources de données.

2

Notes thématiques : emploi
Sommaire

Synthèse emploi filière équine

Synthèse emploi filière équineLes activités économiques liées aux chevaux sont rattachées à plusieurs secteurs :

  • Au secteur agricole, via l’élevage, l’équitation, l’entraînement de chevaux de courses entre autres.
  • Au secteur commercial, via la distribution d’équipements pour éleveurs, chevaux et cavaliers, la vente de paris hippiques, etc.
  • Au secteur industriel via la fabrication d’aliments pour chevaux, de matériel de transport.
  • Au secteur artisanal concernant les maréchaux, selliers et artistes.
  • Au secteur libéral via l’expertise technique et les domaines du soin vétérinaire.
  • Aux secteurs public et parapublic via la formation, la recherche ou encore les organismes de développement de la filière.

Ces activités sont génératrices d’emplois plus ou moins directement liés au cheval, que l’IFCE évalue tous les 5 ans environ à partir de plusieurs sources de données. Cette publication présente les résultats de la nouvelle estimation 2018, la précédente estimation remontant à 2013. En France, la filière équine génère environ 66 000 emplois en activité principale dont 7 emplois sur 10 en lien direct avec le cheval (producteurs et utilisateurs du cheval). Le cheval représente une activité secondaire pour 80 000 autres personnes, en particulier en élevage et en points de vente PMU.

Les emplois salariés agricoles dans la filière équine

Emploi salarié agricole dans la filière agricoleAlors que le salariat reste peu utilisé en élevage, les secteurs établissements équestres et entraînement (courses) valorisent largement ce mode d’organisation du travail.

Les emplois agricoles équins représentent plus de 6 emplois sur 10 dans la filière équine. Même si le salariat est moins pratiqué que l’entrepreneuriat (30% des emplois agricoles estimés), il aurait concerné 33 000 personnes en 2012. Son usage diffère en fonction des secteurs : il est moindre en élevage (2 emplois sur 10) et en établissement équestre (4 emplois sur 10) mais domine largement en centre d’entraînement de chevaux de courses (7 emplois sur 10). Une majorité (80%) de ces emplois salariés agricoles équins sont recensés par la caisse centrale de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) car déclarés par des établissements agricoles associés à un risque spécifique d’accident du travail lié au cheval.

Les éléments de conjoncture présentés dans cette note portent exclusivement sur cette population pour laquelle des données sur les individus et leurs contrats de travail sont disponibles annuellement.

La féminisation des emplois agricoles dans la filière équine

La féminisation des emplois agricoles en filière équineDepuis 2010, l’emploi dans la filière équine se féminise fortement, à l’image du marché du travail français. Cette féminisation est plus stationnaire en agriculture. Selon le Ministère du travail, le nombre de personnes en emploi en France métropolitaine est de 25,8 millions en moyenne sur la période 2012-2014. Sur cette même période, les femmes occupent 48% des emplois contre 41% il y a trente ans.

Deux facteurs expliquent cette tendance :

  • La plus grande présence des femmes au sein de chacun des métiers.
  • La croissance plus rapide des métiers les plus féminisés, sous l’effet notamment de la tertiarisation de l’économie.

En agriculture, la féminisation de la main-d’œuvre permanente agricole est en nette progression durant la période 2000-2010 :

  • + 19 pts de pourcentage pour les chefs d’exploitation et coexploitants
  • + 16 pts pour les salariés permanents

En effet, les femmes ont toujours travaillé sur les exploitations, mais leur participation n’était pas visible. Les modifications en profondeur de l’activité agricole ont constitué un cadre favorable à une évolution de la place des femmes en agriculture. Depuis, cette féminisation tend à se stabiliser, les femmes représentant, en 2015, 26% des chefs d’exploitations et coexploitants (contre 27% en 2010) et 27% des salariés permanents (contre 30% en 2010). Dans la filière équine, les emplois agricoles rattachés principalement aux établissements équestres, à l’élevage et aux centres d’entraînement de courses se répartissent en 2015 en 60% de salariés (25 866) et 40% de dirigeants (17 165). Qu’en est-il de la féminisation de cette population ? Retrouvez toutes les réponses dans cette note.

En savoir plus sur nos auteurs
  • IFCE - équi-ressources Emplois et stages dans la filière équine
  • IFCE - Observatoire économique et social du cheval (OESC)
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 14 07 2020
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?