Intervenant en équitation éthologique : un professionnel au service de la relation entre l’homme et le cheval

L’intervenant en équitation éthologique est un professionnel du cheval (cavalier, entraîneur, enseignant…) utilisant une méthode d’éducation du cheval qui intègre les connaissances scientifiques issues de l’étude du comportement (éthologie équine). Associée à une technique maîtrisée, cette dernière permet d’appréhender la relation au cheval dans le respect de son bien-être.

1

Niveau de technicité :
intervenant en équitation éthologique
Sommaire

Bref historique de l’équitation éthologique en France

En France, l’enseignement de l’équitation, après la seconde guerre mondiale, est devenu quasiment exclusivement militaire et tourné vers les trois disciplines olympiques : l’obstacle, le dressage et le concours complet. Le travail à pied est devenu très confidentiel. Outre Atlantique, des hommes au contact quotidien avec les chevaux dans les ranchs ont développé des savoir-faire par leurs propres expériences. Ces « horsemen » ou « chuchoteurs » ont gagné en popularité par les résultats spectaculaires qu’ils obtenaient, principalement dans le débourrage de mustangs. Le roman, puis le film « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » (1998) ont contribué à faire connaître ces techniques en Europe. L’attrait pour des approches plus tournées vers le cheval que l’équitation a séduit un grand nombre de cavaliers. Le « natural horsemanship » a été nommé « équitation naturelle », « équitation comportementale » puis finalement « équitation éthologique » en 2003 par la Fédération Française d’Equitation. Les connaissances de ces horsemen sont empiriques. Quelques-uns se tournent vers la science pour allier leurs compétences à des explications fondées sur des principes scientifiques.

Intervenant en équitation éthologique : une mixité de métiers

Relation cheval et hommeAvant toute chose, il convient de distinguer le métier d’intervenant en équitation éthologique de l’éthologue scientifique. Ces deux métiers traitent du comportement du cheval mais dans des approches différentes qu’il est essentiel de rappeler. L’éthologue équin est un scientifique qui étudie le comportement des chevaux domestiques et/ou sauvages grâce à des expérimentations et à l’observation. Pour se définir comme éthologue, il faut avoir un MASTER ou un DOCTORAT en éthologie, après avoir validé une licence de biologie.
L’intervenant en équitation éthologique, quant à lui, utilise les connaissances extraites du savoir des éthologues scientifiques ainsi que des techniques spécifiques pour éduquer les chevaux en prenant en compte leur comportement naturel. Ces méthodes d’éducation dites « équitation éthologique » sont parfois appelées « équitation naturelle » ou « équitation comportementale ». Basée sur les fondamentaux des écoles américaines, issus du monde cowboy, l’équitation éthologique prend racine dans l’observation du comportement du cheval sauvage dans la nature, de manière empirique. Souvent débutées par une approche au sol, avec des séances de travail à pied ou en liberté, ces approches développent une communication gestuelle précise, une mise en place de codes clairs ainsi qu’une qualité de relation transposable montée, quelle que soit la discipline et dans toutes les situations au quotidien : soins, embarquement...

Les professionnels qui interviennent en équitation éthologique sont en réalité des cavaliers, coachs, enseignants, animateurs, gérants de structure équestre… qui fondent leurs pratiques sur des principes intégrant la connaissance du comportement. Il ne s’agit pas d’une activité professionnelle à part, mais bien d’une manière d’aborder son métier.

Une formation « sur le tas » qui tend à s’organiser

A ce jour, aucun diplôme n’est exigé pour exercer le métier d’intervenant en équitation éthologique. Il est toutefois fortement conseillé de se former auprès de référents et de suivre les évolutions de la recherche en éthologie scientifique.

L’intervenant en équitation éthologique peut-être enseignant d’équitation. Dans ce cas, en plus d’être titulaire d’un diplôme d’enseignement (BAPAAT, ATE, BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS, CQP), il peut associer l’équitation éthologique en validant un ou deux brevets fédéraux d'équitation éthologique.

La Fédération Française d'Equitation (FFE) a intégré l’équitation éthologique dans ses formations en créant des « savoirs » - des diplômes pour les cavaliers et un brevet fédéral, le diplôme d’enseignant en 2004 (Brevet Fédéral d'Encadrement d'Équitation Éthologique ou BFEEE).

Parmi les formations disponibles en éthologie scientifique, le diplôme universitaire de Rennes 1 permet aux professionnels de la filière d’acquérir des connaissances éthologiques détaillées.

Autre formation, le DU « Bien-être, éthique et droit du cheval » porté par l’Université Paris Descartes et le Haras de la Cense, intègre des contenus en éthologie et met en perspective d’autres disciplines issues des sciences sociales et du vivant.

Plus largement, des structures telles que le Haras de la Cense ou l’école Andy Booth, proposent des programmes amenant à différents niveaux de connaissances en équitation éthologique :

  • Pour les amateurs : du savoir 1 au savoir 5 de la FFE ;
  • Pour les futurs professionnels : un cursus qui prépare aux deux diplômes BPJEPS et BFE EE II ;
  • Et pour les professionnels en activité : des formations modulaires pour valider les BFE EE ;
  • Il est également possible de se former en ligne avec le MOOC cheval, qui contient de l’éthologie scientifique et plus largement un panel complet de connaissances zootechniques.

Témoignage de Anne de Sainte Marie, directrice stratégique du Haras de la Cense : « Connaitre la nature du cheval fonde toutes les pratiques équestres. A ce titre, l’approche éthologique est transversale à toutes les activités. Les connaissances scientifiques et techniques avancent. Diffuser une approche respectueuse du bien-être du cheval devient incontournable pour tout professionnel de la filière équine ».

Attentif, bienveillant et patient : l’intervenant en équitation éthologique enseigne et partage ses connaissances

Dans son quotidien, l’intervenant en équitation éthologique réalise différentes missions :

  • Manipuler ou débourrer les jeunes chevaux : foal, 1 an, 2 ans, 3 ans… ;
  • Eduquer ou rééduquer des chevaux confiés par des éleveurs ou propriétaires de chevaux ;
  • Améliorer la relation homme-cheval au travers de l’enseignement.

L’intervenant en équitation éthologique réalise ses missions auprès de particuliers, au sein de structures équestres, en centre de formation dans des cursus initiaux ou en formation continue, ou dans le cadre des métiers de l’enseignement auprès de publics variés, de l’enfant à l’adulte, du débutant au compétiteur. Il peut aussi intervenir auprès de professionnels amenés à manipuler des chevaux (vétérinaire, maréchal-ferrant, ostéopathe...). Son objectif est de sensibiliser le public à la prise en compte du comportement du cheval, quelle que soit l’activité pratiquée.

De par la pluriactivité de ce métier, il est difficile de comptabiliser le nombre d’intervenants en équitation éthologique. Toutefois, au fil des années, on dénote une forte attirance pour cette approche de l’animal. Il est donc à prévoir que cette tendance significative continue à se développer dans les années à venir.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Charlène LOURD Ingénieur de projets et développement - Conseillère emploi formation du service équi-ressources
  • Hélène ROCHE Ethologue - Ethologie du cheval
  • Anne DE SAINTE MARIE Directrice stratégique du Haras de la Cense
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 17 06 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?