Le bien-être du cheval

Le cheval, grand herbivore social, est à la fois un animal d’élevage, un animal utilisé pour différents usages (courses, saut d'obstacles, dressage, traction, médiation, randonnée, production de viande...) et un animal symbolique. La perception de cet animal est donc multiple, autant par les éleveurs, les utilisateurs, que par la société. L’intérêt grandissant pour le bien-être du cheval a été souligné dans la prospective récente sur la filière équine française (Jez et al., 2012). L’Ifce l’a également constaté lors d’une enquête par internet sur la perception du bien-être du cheval par les propriétaires, en recevant 3000 réponses en 1 mois (Scemama, 2013 ; Doligez, 2014).

1

Bien-être et comportement des chevaux
Sommaire

Qu'est-ce que le bien-être ?

Le bien-être peut être considéré comme la « bonne santé physique et mentale » de l’animal.

En 1998, la directive 98/58/CE du Conseil sur la protection des animaux dans les élevages s’inspire des cinq libertés élaborées par un organisme gouvernemental britannique : le « Farm Animal Welfare Council » (FAWC) en 1979.

Depuis, le programme européen sur le bien-être animal Welfare quality® a décliné plus précisément cette notion.

Les 5 libertés (FAWC, 1979)...... déclinées en 12 critères (Welfare Quality®)
Absence de faim, de soif► absence de faim prolongée
► absence de soif prolongée
Présence d'abris appropriés et maintien du confort► confort du couchage
► confort thermique
► possibilité de mouvement
Absence de maladies et de blessures► absence de blessures
► absence de maladies
► absence de douleurs induites par les pratiques
Possibilité d'exprimer les comportements normaux de son espèce► expression du comportement social
► expression des autres comportements
► bonne relation Homme-animal
► état émotionnel positif
Absence de peur et d'anxiété

Le bien-être animal est donc un état multifactoriel complexe. Pour l’appréhender, il faut bien connaître :

  • Les besoins alimentaires, sociaux, d’espace et de confort de l’espèce animale considérée ;
  • Les signes de bonne santé et d’atteinte à la santé ;
  • Les comportements de l’espèce permettant de déceler des états émotionnels positifs ou négatifs.

Comment apprécier le bien-être ?

Pour le moment, il n’existe aucune méthode reconnue d’évaluation du bien-être chez le cheval en France, mais en s’inspirant de ce qui se fait dans les autres espèces et de la grille réalisée pour le cheval par l’université de Wageningen, on pourrait intégrer les mesures suivantes en lien avec les cinq libertés citées ci-dessus :

Mesures sur l’environnement de l’animal

bien-êtreAbsence de faim et de soif
  • Mode et fréquence de distribution des aliments
  • Quantité et qualité des aliments en fonction des besoins des animaux (croissance, entretien, travail...)
  • Présence et proportion de fourrages dans la ration
  • Disposition d'eau propre à volonté
  • Quantité et qualité d'herbe disponible en fonction des besoins et de l'état corporel lorsque le cheval est détenu au pâturage
  • Place d'affouragement et de distribution des céréales/granulés pour chaque individu dans le cas de logements en groupe

Pour plus de détails, consulter les fiches suivantes :

Boxes extérieursPrésence d’abris appropriés et maintien du confort
  • Surface et hauteur des boxes en fonction de la taille du cheval
  • Type de litière et propreté permettant la position couchée
  • Qualité du sol du logement et des aires de vie
  • Agencement des écuries favorisant les contacts sociaux, visuels, olfactifs (vis-à-vis, parois ajourées...)
  • Ambiance : température, luminosité, aération, taux d’ammoniac, présence de poussières dans les écuries et les manèges
  • Abri naturel ou construit contre les intempéries et les insectes lors de la détention en plein air
  • Aménagement intérieur des camions et des vans, état de la rampe d’accès, aération, possibilité d'alimentation et d'abreuvement pour maintenir le confort et la sécurité des chevaux pendant le transport

Pour plus de détails, consulter les fiches suivantes :


Mesures sur l'animal

Absence de maladies et de blessures
  • Etat corporel : note d’état corporel, obésité
  • Etat des dents, de la commissure des lèvres
  • Absence de blessures (sécurité de l'harnachement, des aires d'exercice, des clôtures et du logement)
  • Etat du dos et des membres
  • Fréquence des boiteries
  • Fréquence des coliques
  • Fréquence des affections respiratoires
Possibilité d’exprimer les comportements normaux de son espèce
  • Possibilité pour le cheval de voir des congénères, de les toucher librement (contacts visuels, auditifs et olfactifs)
  • Possibilité pour le cheval d’être libre de ses mouvements (pouvoir trotter, galoper...) sans être au travail,  accès à un espace de détente (paddock, prairie)
  • Possibilité d'évitement dans le cas de détention en groupe

Pour plus de détails, consulter les fiches suivantes :

Apparition de comportements anormaux

  • Fréquence d'apparition de comportements anormaux : stéréotypies (ou tics)
  • Fréquence d'apparition d’une posture anormale : la posture « figée » avec des symptômes proches de la dépression (Fureix et al., 2012)

Critères comportementaux plus fins

Il est nécessaire de définir des indicateurs pertinents et adaptés aux situations dans lesquelles l’animal évolue : boxe, cheval au travail... Ces indicateurs devant être répétables, sont encore à définir.

Absence de peur et d'anxiété
  • Vivre avec des congénères (possibilité de logement collectif à l'extérieur ou à l’intérieur)
  • Limiter le stress (transport, isolement, situations nouvelles, manipulations, débourrage...)

Comment améliorer le bien-être ?

Sur les conditions de vie et les conduites d’élevage, différentes mesures visant à améliorer le bien-être sont à tester : enrichissement de l’environnement par l’ajout de stimulations sociales ou sensorielles, type et mode de distribution de l’alimentation, gestion du groupe et des relations sociales...

Pratiques d'élevage

Par ailleurs, des études sont nécessaires pour limiter l’impact des pratiques d’élevage telles que la première mise en box ou le sevrage - événement qui concerne la quasi-totalité des équidés domestiques et qui est reconnu comme particulièrement stressant. L’objectif est de parvenir à un compromis entre le bien-être de l’animal et les contraintes des éleveurs ou détenteurs en termes économique et de facilité de gestion.

Pour plus de détails, consulter les fiches suivantes :

Utilisation du cheval

Par ailleurs, selon l’enquête Ifce citée plus haut, les pratiquants attendent de la recherche scientifique des informations pour évaluer et améliorer le bien-être au cours des diverses manipulations et de la pratique équestre. Actuellement, des scientifiques de différents pays évaluent l’impact de certaines pratiques d’élevage ou d’équitation, de certains matériels ou de différents modes d’apprentissage sur le bien-être des chevaux.

Ce qu'il faut retenir

Comprendre le comportement et l'état émotionnel des chevaux dans différentes situations contribue à trouver des solutions pour améliorer leur bien-être, ce qui, en retour, améliore la sécurité dans les pratiques équestres en diminuant leur réactivité.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Marianne VIDAMENT Ingénieur de développement Ifce
  • Léa LANSADE Ingénieur de recherche en éthologie Inra-Ifce
  • Bénédicte FERRY Ingénieur de développement Ifce
  • Pauline DOLIGEZ Ingénieur de développement Ifce
  • Sophie SCEMAMA DE GIALLULY
Bibliographie
  • FUREIX C., JEGO P., HENRY S., LANSADE L. et HAUSBERGER M., 2012. Towards an Ethological Animal Model of Depression ? A Study on Horses. Plos One, 7(6), e39280., doi : 10.1371/journal.pone.0039280.
  • JEZ C., COUDURIER B., CRESSENT M., MEA F., PERRIER-CORNET P. et ROSSIER E., 2012. La filière équine française à l’horizon 2030. Rapport du groupe de travail de la prospective équine, Inra-Ifce, 98 pages. Pour voir la synthèse : https://mediatheque.ifce.fr/index.php?lvl=notice_display&id=47804.
  • LANSADE L., VALENCHON M., FOURY A., NEVEUX C., COLE S.W. et al., 2014. Behavioral and Transcriptomic Fingerprints of an Enriched Environment in Horses (Equus caballus). Plos One, 9.
  • Welfare monitoring system, Assessment protocol for horses- version 2.0, Wageningen UR Livestock Research (Pays Bas), december 2011.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 22 04 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?