Le tempérament du cheval

Le tempérament (la personnalité) d'un cheval est ce qu'on appelle communémment son caractère. Les études qui visent à mesurer objectivement le tempérament des chevaux sont de plus en plus nombreuses et elles permettent de mieux comprendre les relations entre tempérament et utilisation.

1

par Marianne VIDAMENT - Léa LANSADE - | 01.03.2017 |
Niveau de technicité :
tempérament
Sommaire

Qu'est-ce que le tempérament ?

Le tempérament est défini comme un ensemble de caractéristiques comportementales (appelées « traits ») stables dans le temps et entre situations proches, chaque caractéristique étant une dimension de ce tempérament et les dimensions étant indépendantes entre elles.

Tempérament et personnalité

Les scientifiques font une distinction entre le tempérament et la personnalité. Le tempérament est le caractère inné de l'individu. Celui-ci va être modifié par l'environnement, notamment par la mère et les conditions de vie (vie sociale, expériences diverses avec l'Homme, conditions de débourrage et d'utilisation...). Cela aboutit à la personnalité de l'animal. Ce terme, quelque peu « anthropomorphique », est le terme consacré actuellement par la littérature scientifique internationale. Dans les fiches équipédia, les deux termes sont utilisés indifféremment.

tempérament du cheval

Le tempérament est un critère d'achat important

Quelle que soit l’utilisation du cheval, et tout particulièrement avec l’émergence de l’équitation de loisir, le tempérament est un élément déterminant à prendre en compte pour la bonne utilisation du cheval. Ceci est encore plus vrai pour les chevaux de loisir. C’est d’ailleurs le premier critère d’achat qui ressort lorsqu’on fait des enquêtes en France et dans de nombreux pays, devant le modèle, la race ou encore le prix ou l’aptitude au saut. La mesure du tempérament des équidés représente donc un enjeu de connaissance important ayant vocation à intéresser l’ensemble de la filière : producteurs, marchands, acquéreurs, utilisateurs. Il était donc important de mettre à disposition de la filière des outils de mesure issus des travaux de recherche.

Les 5 dimensions du tempérament

Dans le cadre d’une collaboration entre l’Inra et les Haras Nationaux/Ifce, Léa Lansade a mené pendant plus de trois ans une étude longitudinale visant à identifier un modèle de tempérament chez le cheval. Ces dimensions ont été définies chacune par une approche scientifique qui ont montré leur stabilité dans le temps et entre situations. Ces travaux faisaient suite à ceux d’autres auteurs français ou étrangers, notamment ceux de l’université de Rennes (Martine Hausberger).

tempérament du chevalCe modèle comporte cinq grandes dimensions :

  • L’émotivité : soit la tendance qu’a le cheval à réagir plus ou moins fortement aux évènements soudains (exemple : surprise) ou nouveaux (exemple : passer sur une surface inconnue) ;
  • La grégarité : supporte-t-il de se séparer d’autres chevaux ? ;
  • L’activité locomotrice : est-ce un animal qui bouge spontanément ou pas du tout ? ;
  • La réactivité vis-à-vis des humains : vient-il facilement au contact d’un homme non familier ? ;
  • La sensibilité sensorielle : a-t-il tendance à réagir plus ou moins fortement à des stimulations, notamment tactiles ?

Ces dimensions peuvent être prédites dès l'âge de 8 mois et apparaissent stables au moins jusqu'à 3 ans. Elles sont mesurables et, pour chacune d’elles, on a pu définir un ou des tests qui permettent de situer les réactions d’un cheval sur une échelle de notation : les tests de tempérament ont ainsi pu être développés.

Les tests de tempérament

Différentes séries de tests existent en France.

tempérament du chevalLes tests de tempérament complets Ifce

Les tests de tempérament complets (TTC) sont réalisés de façon standardisée selon un protocole très strict. Ils font intervenir l’utilisation de différentes stimulations auditives, visuelles ou tactiles. L’équidé est observé dans une structure démontable couverte, toujours la même, divisée en trois compartiments et isolée des perturbations extérieures. Un cheval, appelé « cheval public », est attaché dans le dernier box, afin que le cheval mesuré ne soit pas en isolement social.


Après une habituation de 5 minutes, les tests se déroulent dans l’ordre suivant pour les juments et les hongres : test de l’homme passif, de l’homme actif, de l’objet inconnu, de la sensibilité tactile, de l’isolement social (en retirant le cheval public pendant 90 secondes), de la surface inconnue et de la soudaineté, le tout durant 30 minutes environ. L’ensemble des déplacements pendant les tests permet une mesure de l’activité locomotrice du cheval.

Ces tests sont actuellement utilisés pour des chevaux de grande valeur ou à des fins expérimentales.

Les tests de tempérament simplifiés Ifce


Les tests de tempérament dits simplifiés (TTS) ont été proposés lors de concours de Modèle et Allures de chevaux de selle à partir de 2012. Il s’agit de mesures de comportement simples et rapides réalisées lors d’ateliers spécifiques proposés en plus, et lors des ateliers habituels du concours d’élevage. Les tests spécifiques correspondent à une adaptation des tests complets décrits plus haut, la différence principale est que le cheval est tenu en longe par son propriétaire. Ils comprennent des mesures de la sensibilité tactile et de comportement lors des tests d’émotivité suivants : test de l’objet nouveau, de la surface nouvelle et de la soudaineté. Le comportement du cheval est aussi évalué lors des ateliers habituels (toisage, modèle et saut en liberté). Dans tous les cas, la tension musculaire, les mouvements vifs ou particuliers du cheval et les hennissements sont relevés. Ces tests simplifiés ont été validés par rapport aux tests complets, ils mesurent principalement l’émotivité (= peur) et la sensibilité tactile. Chez les chevaux de trait et les ânes, un test de liberté dans un petit espace sur herbe remplace l’atelier du saut en liberté.

Les tests utilisés par l'université de Rennes

Les scientifiques de l’université de Rennes utilisent les tests suivants :

  • Dans le test « seul en manège » : le cheval est lâché 10min dans un manège connu et observé, ses réactions reflètant la grégarité ;
  • Dans le test de l’objet nouveau, un objet inconnu est placé au centre du manège et le cheval est lâché pendant 5min dans ce manège, ses réactions reflétant la nervosité ;
  • Dans le test du pont, le cheval, tenu en main, est conduit vers puis sur un matelas recouvert d’une toile cirée pour le traverser, ses réactions reflètant son émotivité ;
  • De plus, ces chercheurs ajoutent le test d’ouverture d’une boîte qui est un test d’apprentissage.

Pour des poulains aux pieds de leur mère, il est proposé des mesures et non des tests comme la distance à la mère ou la fréquence des tétées, comme mesures prédictives du tempérament.

Présentation des résultats de tempérament

La plupart du temps, les résultats individuels d’un cheval se présentent sous la forme de scores dans chacune des différentes dimensions mesurées, comparés à ceux d’une population de référence. Il est important que la population de référence choisie soit proche de celle dont est issue le cheval mesuré et que les individus aient des âges similaires (voir pourquoi dans le paragraphe suivant).

Les paramètres qui influencent le tempérament

Plusieurs éléments sont susceptibles d’influencer le tempérament d’un cheval. Les différences individuelles que l’on observe sont le résultat de nombreux paramètres, notamment :

tempérament du cheval

  • La génétique (effet de la race, des origines paternelles et maternelles…) ;
  • Le vécu de l’individu et son environnement (le comportement de la mère, le type de logement, le type de contact avec les humains…) ;
  • L'âge (l'émotivité diminue avec l'âge à partir de 1 an) ;
  • Le sexe (il semblerait que les étalons soient plus grégaires, émotifs et actifs que les juments, même si tous les auteurs scientifiques ne s'accordent pas sur ce sujet) ;
  • Le moment où se déroule un événement (il y a des périodes sensibles dans la vie d'un cheval, comme la naissance, le sevrage, le début du dressage, où certains événements auront des répercussions plus importantes sur le tempérament).

Il est ainsi très complexe d’isoler la part génétique d’un tempérament et d’en évaluer la transmission possible à la descendance.

Tempérament et utilisation du cheval

tempérament du chevalIl n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » tempérament, mais on peut définir un type de tempérament plus adapté à une utilisation donnée. En effet, selon leur tempérament, les chevaux seront plus aptes à apprendre certaines tâches, plus adaptés à certains cavaliers... L'émotivité est la dimension qui a le plus d'importance dans l'utilisation du cheval au pré, au box, à pied ou utilisé.

Ainsi, les cavaliers qui recherchent un cheval de haut niveau vont s'accommoder aisément de chevaux peureux, très mobiles et à la sensibilité tactile élevée. A l’inverse, un bon cheval de débutant aura plutôt une sensibilité tactile moins importante, sera peu impressionné par les événements nouveaux ou soudains et bougera peu quand il sera séparé des autres chevaux. Il sera ainsi plus facile à manipuler, à monter ou à atteler.


D’autre part, il a été montré récemment que les chevaux peureux apprennent de manière différente des chevaux non peureux. Ils apprendraient plus vite en milieu familier quand la tâche elle-même fait un peu peur (en renforcement négatif), ce qui est la technique la plus courante. Par contre, ils apprendraient moins rapidement dans tous les autres cas, et notamment en milieu non familier.

Sélection et tempérament

L’utilisation des tests de tempérament simplifiés sur le terrain a permis de faire les premières évaluations de l’héritabilité des mesures de tempérament dans une population de chevaux et poneys de CSO. L'héritabilité (h²) est la part génétique de la variabilité d’un caractère mesuré au sein d'une population donnée. Elle est calculable grâce aux mesures faites sur des individus apparentés. L’héritabilité va de 0 (nulle) à 1 (très forte).

Les valeurs d’héritabilité ont été élevées (h²≥0,50) pour les mesures d’émotivité (tests de soudaineté et de passage sur une surface inconnue), moyennes (0,35) pour la sensibilité tactile et assez faibles pour les mesures de comportement faites lors des ateliers habituels du concours (en général <0,20). Ceci est cohérent avec des évaluations plus sommaires déjà faites chez le cheval et le fait que l’émotivité est souvent héritable dans les autres espèces.

Ce qu'il faut retenir

Le tempérament est le caractère du cheval. Les tests de tempérament proposés par l’Ifce permettent de mesurer 5 dimensions du tempérament : l’émotivité (= réactions de peur), la grégarité, l’activité locomotrice spontanée, les réactions vis-à-vis d’un humain non familier et la sensibilité tactile. Ceci permet de formuler quelques indications sur leur utilisation future. La dimension d’émotivité est celle qui a le plus de conséquences dans l’utilisation du cheval. C’est une caractéristique héritable.

Cependant, il est important de garder à l’esprit que le tempérament n’est pas la seule composante dans l’adéquation d’un cheval à une utilisation donnée ou à l’exécution d’une tâche à un moment donné : son état hormonal, sa perception de l’environnement et son vécu peuvent influencer son attention, sa réceptivité et son mécanisme d’apprentissage. De plus, son tempérament peut évoluer en fonction de son mode de vie, de son dressage et de la nature de ses rapports avec l'Homme.

 

En savoir plus sur nos auteurs
  • Marianne VIDAMENT Ingénieur de développement Ifce
  • Léa LANSADE Ingénieur de recherche en éthologie Inra-Ifce
Bibliographie
  • HAUSBERGER M., LE SCOLAN N., BRUDERER C. et PIERRE J.S., 1998. Le tempérament du cheval : facteurs en jeu et implications pratiques. In : 24ème Journée de la Recherche Equine, Institut du Cheval, Paris, pages 159-168.
  • HAUSBERGER M. et RICARD A., 2002. Génétique et comportement chez le cheval. INRA Productions Animales, pages 383-389.
  • LANSADE L., 2005. Le tempérament du cheval - Etude théorique - Application à la sélection des chevaux destinés à l'équitation. Thèse de Docteur de l'Université François Rabelais de Tours.
  • LANSADE L., LECONTE M. et PICHARD G., 2008. Développement d’un outil de prédiction du tempérament et des aptitudes mentales du cheval aux différentes disciplines équestres. In : 34ème Journée de la Recherche Equine, Institut français du cheval et de l'équitation, Paris, pages 17-28.
  • LANSADE L., PHILIPPON P., HERVE L., COSSON O., YVON J.M. et VIDAMENT M., 2015. Validation de tests de tempérament adaptés aux conditions de terrain et relation avec l’utilisation pour le CSO. In : 41ème Journée de la Recherche Equine, Institut français du cheval et de l'équitation, Paris, pages 25-34.
  • LESIMPLE C., FUREIX C., LE SCOLAN N., LUNEL C., RICHARD-YRIS M.A. et HAUSBERGER M., 2010. Interférences entre management, émotivité et capacités d'apprentissage : un exemple dans les centres équestres. 36ème Journée de la Recherche Equine, Les Haras Nationaux, Paris, pages 169-176.
  • RICARD A., 2004. Le tempérament du cheval : facteurs de variation d'ordre génétique. 30ème Journée de la Recherche Equine, Les Haras Nationaux, Paris, pages 141-153.
  • VALENCHON M., 2013. Les performances d'apprentissage dépendent du tempérament de chaque cheval. Equ'idée, décembre 2013, article 2.
  • VIDAMENT M., LANSADE L., DUMONT SAINT-PRIEST B., SABBAGH M., YVON J.M., DANVY S. et RICARD A., 2016. Analyse des résultats des tests de tempérament simplifiés sur des jeunes chevaux et poneys de selle français : relation avec la performance et première évaluation de l’héritabilité. 42ème Journée de la Recherche Équine, Institut français du cheval et de l'équitation, Paris, pages 13-22.
  • VIDAMENT M., YVON J.M., LE BON M., DUMONT SAINT-PRIEST B., DANVY S. et L. L., 2015. Le tempérament des chevaux mesuré par des tests standardisés : relation avec l’âge, la race et le niveau du cavalier. 41ème Journée de la Recherche Equine, Institut français du cheval et de l'équitation, Paris, pages 15-24.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 19 04 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?