Gérer la chaleur de poulinage

La chaleur de poulinage ou chaleur de lait est la première chaleur qui survient après la naissance du poulain. Quelles sont ses caractéristiques ? Conseils et recommandations pour décider ou non de l'exploiter.

2

par Anne MARGAT - | 16.08.2017 |
Niveau de technicité :
Gérer la chaleur de poulinage
Sommaire

Caractéristiques de la chaleur de poulinage

Contrairement à la plupart des autres espèces, la jument ne présente pas d’arrêt de l’activité ovarienne après la mise-bas. 91% des poulinages sont suivis d’une chaleur de poulinage.

La chaleur de poulinage débute entre 5 et 12 jours après le poulinage. Elle est plus courte que les autres chaleurs : de 2 à 7 jours avec une durée moyenne de 4 jours. Comme pour les autres chaleurs, l’ovulation survient en fin d’oestrus. 

Elle est réputée moins fertile que les autres chaleurs et avec un risque plus élevé de pertes embryonnaires. Voir aussi : Gestion de la jument reproductrice

Remarques

La chaleur de lait n'est pas toujours facile à détecter par le test du passage à la barre en raison du comportement maternel de la jument qui peut masquer son comportement de chaleur.

Les poulains présentent de façon quasi systématique une période de diarrhée qui survient environ 1 semaine après la naissance soit en même temps que la chaleur de poulinage. Ces diarrhées ne sont cependant pas liées à cette chaleur mais à une modification de la flore intestinale. 

Quelques cas particuliers

Les juments poulinant en période hivernale

Certaines peuvent ne pas présenter de chaleur de poulinage et entrer directement en inactivité ovarienne après celui-ci.

D’autres pourront présenter une chaleur de poulinage suivie d’une inactivité ovarienne. Pour celles-ci, ne pas l’utiliser peut retarder considérablement la mise à la reproduction.

Sur ces juments, le traitement lumineux / mise sous lumière peut s’avérer utile. Il faut le débuter 70 jours avant la date présumée de poulinage.

Les juments poulinant tard en saison (à partir surtout de juin)

Elles peuvent entrer en corps jaune persistant après la chaleur de lait. Celui-ci est facile à diagnostiquer mais retarde l’exploitation de l’ovulation suivante alors que la saison de reproduction est déjà très avancée.

Faut-il utiliser la chaleur de poulinage ?

Les études de terrain des praticiens vétérinaires ainsi que de nombreuses études tendent à montrer que :

Lorsque l’ovulation survient moins de 10-12 jours après le poulinage, l’involution utérine (retour à un état normal de l’utérus) a peu de chances de s’être déroulée de façon complète. La fertilité de la chaleur de poulinage est affectée. Ainsi, le risque de résorption embryonnaire semble plus élevé.

En revanche, dès que l’ovulation survient après le 12ème jour, que le poulinage s’est déroulé correctement sans complication par la suite, la fertilité de la chaleur de poulinage et le risque de résorption embryonnaire sont comparables à ceux des autres oestrus. 

L’utilisation de la chaleur de poulinage est à raisonner en fonction :

  • Du déroulement du poulinage
  • De l’intervalle poulinage-ovulation
  • De la date de poulinage
  • De la date souhaitée de naissance du poulain (cf. remarques ci-dessous)
  • De la technique de monte utilisée. En effet, en cas de semence congelée, les paillettes étant, assez souvent, fournies en quantité limitée et avec un coût élevé, utiliser la chaleur de poulinage peut comporter un risque financier.

Même si la chaleur de poulinage n'est pas utilisée, il est utile de la dater afin de prévoir le retour en chaleur de la jument. Cette chaleur retour peut également être avancée par une injection de prostaglandine dès le 5ème jour après l’ovulation post-partu. Cette injection doit être réalisée par un vétérinaire. Ceci permet de ne pas utiliser cette chaleur et laisser l’utérus de la jument terminer son involution sans perdre trop de temps.

En cas de non détection de la chaleur de lait, recommencer les passages à la barre ou la présentation de la jument au vétérinaire dès le 20ème jour après la naissance du poulain.

Remarques

Ne pas utiliser la chaleur de poulinage avec une jument connue pour mener sa gestation pendant une durée supérieure à 11 mois retarde chaque année le poulinage.

A contrario, féconder chaque année la jument sur la chaleur de poulinage alors qu’elle a coutume de présenter une durée de gestation moyenne, avancera chaque année la mise-bas.

En conclusion

Aucune règle générale ne peut être donnée sur l’utilisation ou non de la chaleur de poulinage. Quelques conseils peuvent cependant être donnés :

  • Ne pas utiliser la chaleur de poulinage si ce dernier a été difficile ou suivi de complications, ou si elle survient rapidement (ovulation avant 10 jours) après la naissance du poulain.
  • Prévoir d'avoir le temps d'utiliser 3 chaleurs au cas où la jument ne remplisse pas sur la première.
En savoir plus sur nos auteurs
  • Anne MARGAT Formatrice Ifce
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 21 09 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?