Prédire la future personnalité du poulain

Les jeunes poulains présentent déjà des différences nettes dans leur comportement qui sont des indicateurs de ce que sera leur tempérament adulte… Les identifier permet de mieux orienter ses choix en matière de sélection, d’éducation et de conditions de vie.

2

par Séverine HENRY - | 04.04.2011 |
Niveau de technicité :
Sevrage du poulain
Sommaire

Les différences individuelles

L’existence de différences individuelles est une constante chez toutes les espèces animales. Chez le cheval, des différences entre poulains apparaissent dès le plus jeune âge : par exemple, certains vont réagir plus fortement que d’autres à la présence de l’Homme ou en situation anxiogène (nouveauté, soudaineté...).

Ces différences semblent fluctuantes au cours des premiers mois de vie, mais deviennent stables après le sevrage vers 8 mois. Ainsi, un test réalisé avant le sevrage (exemple : exposition à un objet nouveau) ne permettra pas de prédire les réactions du même individu lorsqu’il sera soumis plus tard à la même situation.

Ce que nous révèle le lien à la mère

Lors d’observations au pré, des différences individuelles très affirmées sont visibles dès l’âge de 3 mois chez des poulains de même race maintenus dans des conditions de vie homogènes : d’importantes variations entre poulains ont été révélées dans les fréquences de tétée et la distance maintenue à la mère.

Or, les activités de tétée et les changements de distance sont principalement dus aux initiatives des poulains. Certains jeunes ont, semble-t-il, un besoin accru de se « rassurer » au contact de la mère, ce qui pourrait refléter un niveau général de réactivité face à l’environnement.


Récemment, des auteurs ont ainsi montré que des poulains qui tentent de téter et/ou tètent plus souvent leur mère à l’âge de 4-5 mois sont plus susceptibles de développer des stéréotypies orales avant et après le sevrage.

Quels sont les corrélats visibles à long terme ?

Afin de mieux cerner les précurseurs du tempérament une fois adulte, une étude a été réalisée sur 32 poulains de race SF élevés sur un même site : ces individus ont tout d’abord été observés à l’âge de 3 mois alors qu’ils étaient au pré avec leur mère et d’autres couples mère-jeune (mesure du budget-temps, évaluation de la relation à la mère), puis ont été soumis 3 ans plus tard à 3 tests expérimentaux, classiquement utilisés pour évaluer le tempérament des chevaux :

  • Séparation des congénères (grégarité) ;
  • Exposition à un objet nouveau (néophobie/nervosité) ;
  • Tâche instrumentale (capacités d’apprentissage).

Isolement social

Le cheval est lâché seul dans un manège familier pendant 10 minutes. Ce test est un bon prédicateur de grégarité. Les chevaux ayant un indice d’émotivité élevé dans ce test sont décrits par les professionnels comme des chevaux difficiles à séparer les uns des autres.

Objet nouveau

Le cheval est lâché pendant 5 minutes dans un manège familier dans lequel un objet inconnu (cage grillagée mesurant 100x80x80cm entourée d’un ruban brillant rouge et blanc) a été placé. Ce test est un bon prédicateur de la nervosité des chevaux quand ils sont montés.

Ouverture d’une boîte

Le cheval dispose de 3 essais de 3 minutes pour apprendre à soulever le couvercle d’une boîte pour accéder à de la nourriture. Ce test est un bon prédicateur des capacités d’apprentissage de nouveaux exercices chez les chevaux au travail.

prédiction de la personnalité du poulainprédiction de la personnalité du poulainprédiction de la personnalité du poulain

Résultats de l'étude

Le suivi longitudinal des mêmes individus de 3 mois à 3 ans a ainsi montré que les différences individuelles précoces permettaient de prédire certaines caractéristiques comportementales adultes : des corrélations entre les comportements des jeunes à 3 mois et leur émotivité une fois adulte ont en effet pu être identifiées (tableau ci-dessous).

Ainsi, les poulains qui s’éloignaient facilement de leur mère à l’âge de 3 mois, correspondent à des chevaux adultes peu émotifs et supportant bien la séparation sociale. A l’inverse, les poulains qui passaient beaucoup de temps à téter et proches de leur mère, correspondent à des chevaux adultes globalement plus nerveux et plus grégaires et apprenant plus difficilement une nouvelle tâche.

De toute évidence, il y a une part génétique dans ces tendances car des poulains issus du même père tendent à se comporter de façon plus similaire que des non apparentés.

prédiction de la personnalité du poulain


Il semble donc possible de prédire certains traits de personnalité dès le plus jeune âge. La prise en compte de ces différences individuelles permet d’ajuster en conséquence les pratiques d’élevage et les approches du jeune. De même, l’impact de l’origine paternelle sur la qualité de la relation poulain-mère et l’émotivité des descendants peut permettre d’orienter le choix des géniteurs.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Séverine HENRY Unité Mixte de Recherche (UMR) CNRS 6552 EthoS - Université de Rennes 1
Bibliographie
  • CROWELL-DAVIS S. et WEEKS J., 2005. Maternal behaviour and mare-foal interaction. MILLS D.S. et Mc DONNELL S.M. (Eds), Cambridge University Press, Cambridge, pages 126-138.
  • LANSADE L., 2005. Le tempérament du cheval : étude théorique et application à la sélection des chevaux destinés à l’équitation. Thèse, Université de Tours, 295 pages.
  • LANSADE L., BOUISSOU M.F. et BOIVIN X., 2007. Temperament in preweanling horses : Development of reactions to humans and novelty, and startle responses. Developmental Psychobiology, 49, pages 501–513.
  • LE SCOLAN N., HAUSBERGER M. et WOLFF A., 1997. Stability over situations in temperamental traits of horses as revealed by experimental and scoring approaches. Behavioural Processes, 41, pages 257-266.
  • NICOL C.J. et BADNELL-WATERS A.J., 2005. Suckling behaviour in domestic foals and the development of abnormal oral behavior. Animal Behaviour, 70, pages 21-29.
  • WOLFF A., HAUSBERGER M. et LE SCOLAN N., 1997. Experimental tests to assess emotionality in horses. Behavioural Processes, 40, pages 209-221.
  • WOLFF A. et HAUSBERGER M., 1994. Behaviour of foals before weaning may have some genetic basis. Ethology, 96, pages 1-10.
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 13 12 2019
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?