La peste équine

La peste équine est une maladie infectieuse d'origine africaine, d'origine virale, qui affecte les équidés. C'est une maladie réputée légalement contagieuse, qui peut être mortelle.

3

par Stéphan ZIENTARA - | 02.11.2015 |
Niveau de technicité :
Vétérinaire
Sommaire

Quel est l'agent pathogène de la peste équine ?

Le virus de la peste équine appartient à la famille des Reoviridae (même famille que celle des rotavirus). A ce jour, neuf sérotypes de virus ont été décrits.

Epidémiologie de la maladie

Le berceau de la maladie est africain (le virus circule de façon enzootique au sud d’une ligne allant du Sénégal à l’Ethiopie). La peste équine a été importée en Espagne en 1987 (importation de zèbres porteurs asymptomatiques). La peste s’est ensuite propagée au Portugal et au Maroc. Depuis 1994, ces trois pays sont indemnes.

Le virus se transmet par l’intermédiaire d’insectes hématophages (Culïcoides imicola, moustiques...). Ces vecteurs biologiques (qui multiplient le virus) sont présents dans le sud de la France.

Tableau clinique

Le taux de mortalité peut varier de 10 (forme cardiaque) à 100% (forme pulmonaire) selon la virulence de la souche. La durée d’incubation varie de 3 à 10 jours (15 jours à l'extrême).

Forme pulmonaire

Hyperthermie (40-41°C), dyspnée sévère, toux spasmodique et douloureuse, tachycardie, sudation, jetage spumeux, mort en détresse respiratoire en 24-48h.

Forme cardiaque

Evolution sur quelques jours (3 à 15 jours), hyperthermie (39-40°C), oedèmes sous-cutanés (salières, face, encolure, membres antérieurs), exploration cardiaque : péricardite exsudative, insuffisance respiratoire secondaire, mort ou récupération.

Forme mixte

Signes communs aux deux précédentes formes.

Formes atypiques

Signes nerveux (oedème cérébral) ou forme fébrile pure.

Comment diagnostiquer la peste équine ?

Nécropsique

Tableau nécropsique de type septicémique à dominante respiratoire et cardiaque (oedème pulmonaire, liquide séreux abondant dans les cavités pleurales et péricardique, lésions hémorragiques dans la région fondique de l’estomac), hémorragies et pétéchies viscérales.

Sérologique

Tubes secs (anticorps présents 10-15 jours après infection).

Virologique

Echantillons de coeur, rate (adressés sous régime du froid +4°C ou -80°C), sang (tubes avec EDTA) : inoculation aux cultures de cellules + RT-PCR (détection du génome).

Traitement-prophylaxie

Il n'y a à ce jour pas de traitement connu contre la peste équine.

  • Prophylaxie sanitaire : isolement des malades, lutter contre la transmission vectorielle... (cf. réglementation)
  • Prophylaxie médicale : vaccination possible à l’aide de vaccins atténués ou inactivés, nécessité de connaître le sérotype en cause (pas de protection croisée entre les sérotypes)

Réglementation

La peste équine fait partie de la catégorie 1 des dangers sanitaires mentionnés dans l’article L.201-1 du Code rural et de la pêche maritime. La classification en cours est définie par l'arrêté ministériel du 29/7/2013. La catégorie 1 regroupe les « dangers sanitaires susceptibles de porter une atteinte à la santé publique, ou à mettre gravement en cause les capacités de production nationales ou la salubrité de l’environnement. Ces dangers requièrent des mesures de prévention, de surveillance ou de lutte définies et imposées, dans un but d’intérêt général, par l’État ».

Diagnostic différentiel

Selon les formes : piroplasmose, anémie infectieuse, artérite virale, purpura hémorragique.

En savoir plus sur nos auteurs
  • Stéphan ZIENTARA Docteur vétérinaire - Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort (ENVA)
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 20 10 2019
Fiche réalisée avec nos partenaires
RESPE
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?