La grippe équine

Maladie respiratoire très contagieuse, la grippe peut avoir des répercussions économiques importantes pour la filière équine. En fin d’année 2018 et début 2019, plusieurs foyers de grippe ont été déclarés au RESPE aussi bien dans des élevages que dans des écuries de sports et de courses et des centres équestres. La vaccination est primordiale pour protéger la santé des équidés et éviter la propagation de la maladie.

2

auscultation d'un cheval
Sommaire

Quel est l’agent pathogène responsable de la grippe équine ?

L’agent responsable de la grippe équine est un virus influenza de type A. Deux sous-types du virus peuvent toucher le cheval : H7N7 et H3N8.

grippe équineLa transmission entre espèces différentes est rare mais des transmissions entre des oiseaux/chiens et des équidés ont déjà été rapportées. Aucune transmission de la grippe du cheval à l’Homme (ou inversement) n’a jamais été observée.

Les virus de la grippe se modifient au fil du temps et échappent ainsi à la réponse immunitaire de l’équidé. Ces variations nécessitent des modifications régulières de la composition des vaccins.

Comment la grippe se transmet-elle aux équidés ?

La grippe est une maladie extrêmement contagieuse : elle peut atteindre en quelques heures la plupart de l’effectif d’une écurie. La transmission est principalement directe (entre chevaux), le virus étant peu résistant dans le milieu extérieur, mais peut être aussi indirecte via le matériel ou les personnes.

La transmission se fait par inhalation de particules aérosols émises par les chevaux malades en toussant. Un cheval atteint excrète une très grande quantité de virus. Ces particules aérosols peuvent être transportées très loin. 

Les équidés infectés mais n’exprimant peu ou pas de signes cliniques (porteurs sains) peuvent également transmettre la grippe à d’autres équidés lors de contacts rapprochés.

Quels sont les signes cliniques de la grippe ?

Incubation

La période d’incubation [1] est de 2 à 5 jours. On observe : 
Des signes généraux : fièvre (température rectale souvent > 40°C) associée à un abattement et une anorexie ;
Des signes respiratoires

  • Une forte toux sèche, occasionnelle à quinteuse ;
  • Un écoulement nasal séreux (translucide) les premiers jours qui peut devenir muco-purulent, notamment en cas de surinfection bactérienne.

Dans une écurie, les signes cliniques sont plus ou moins exacerbés selon les individus, notamment en fonction de leur statut vaccinal vis-à-vis de la maladie.

Certains chevaux ne présentent pas de signes cliniques ou uniquement des signes discrets (hyperthermie modérée et fugace). Ces chevaux peuvent cependant être porteurs du virus en regard des naseaux.  

Guérison

La guérison survient en général en 1 à 2 semaines, cependant la régénération des voies respiratoires nécessite au moins 3 semaines, pendant lesquelles les chevaux doivent être mis au repos. Sans période de repos, les voies respiratoires sont vulnérables à l’invasion de bactéries opportunistes [2] conduisant à l’apparition d’une surinfection bactérienne secondaire [3].

La mortalité est rare chez le cheval adulte. Les poulains peuvent, quant à eux, mourir de complications de pneumonie.

[1]période d’incubation = délai entre la contamination et l'apparition des premiers signes cliniques d'une maladie
[2]bactérie opportuniste = bactérie normalement présente dans l'organisme du cheval sans l'affecter, mais qui peut provoquer une maladie à la suite d'une diminution des défenses de l'organisme
[3]PCR = acronyme anglais de "Polymerase Chain Reaction", réaction de polymérisation en chaîne. Elle permet de détecter l’ADN de l’agent pathogène grâce à une technique d’amplification enzymatique.
 

Comment diagnostiquer une infection par le virus de la grippe ?

Les signes cliniques ainsi que la diffusion rapide de la maladie dans une écurie permettent d’orienter le diagnostic. Le diagnostic de certitude est établi par la recherche du virus (test PCR*) sur un écouvillon naso-pharyngé.

Comment traiter un cheval atteint de grippe équine ?

Il n’existe aujourd’hui pas de traitement spécifique contre la grippe, qui est une maladie virale. En cas de surinfection bactérienne, un traitement antibiotique est administré. Un traitement symptomatique est préconisé pour atténuer les signes cliniques, en particulier faire baisser la fièvre (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Les chevaux doivent être mis au repos, au minimum 3 semaines après la fin des signes cliniques, afin de favoriser la cicatrisation de l’appareil respiratoire endommagé.

Quels sont les moyens de prévention contre la grippe ?

Vaccination

La vaccination de tous les équidés est fortement recommandée, d’autant plus que l’efficacité et l’innocuité des vaccins disponibles ont été démontrées. Elle permet une réduction significative des signes cliniques (et en particulier du risque de surinfection bactérienne) et de l’excrétion virale à l’origine de la diffusion de la maladie. Dans une écurie ou lors d’une manifestation équestre, il est important que la majorité des chevaux, y-compris ceux qui se déplacent peu, soient vaccinés. En effet, on considère que la vaccination de 80% des équidés permet de prévenir une épidémie dans un effectif.

Il est conseillé de vacciner les poulains dès l’âge de 6 mois, cette population étant plus sensible au virus de la grippe. Avant 6 mois, les anticorps maternels présents chez les poulains (si la mère est vaccinée) ainsi qu’un système immunitaire peu mature pourraient conduire à une réduction de l’efficacité des vaccins. Les chevaux âgés présentent une altération de leur système immunitaire et répondent donc moins bien à la vaccination. Une augmentation de la fréquence des rappels de vaccination est préconisée.

Protocole

Le protocole classiquement préconisé par les notices des différents vaccins disponibles sur le marché est le suivant :

  • 3 injections de primovaccination : les deux premières séparées de 3 à 6 semaines, les deux dernières séparées de 5 à 6 mois ;
  • Des injections de rappel annuelles.

Ce protocole peut légèrement varier selon les règlements des concours et les codes des courses. 

L’immunité apparaît 15 jours environ après la seconde injection de primovaccination, et dure entre 6 et 12 mois.


Des rappels tous les 6 mois sont conseillés pour : 

  • Les chevaux participant fréquemment à des manifestations équestres à risque (concentration importante d’équidés, concours avec hébergement sur place...) ;
  • Les chevaux âgés (> 20 ans) qui présentent une moindre réponse immunitaire suite à la vaccination. 

Certains chevaux ne développent pas une immunité protectrice optimale après vaccination : ces chevaux, appelés ≪ faibles répondeurs ≫, sont généralement partiellement protégés et peuvent excréter des quantités importantes de virus.

Dans quel cas la vaccination est-elle obligatoire ? 

Pour les chevaux participant à des manifestations équestres 
Pour la monte

  • Etalons utilisés en insémination artificielle
  • Etalons et juments de certaines races, utilisés en monte naturelle 

D’autres mesures de prévention sanitaire doivent être respectées pour éviter la propagation de la maladie. Pour plus d’informations.
 

 

La grippe en France et en Europe

En France, la grippe n’est pas une maladie réglementée. Une surveillance est réalisée par le RESPE grâce aux déclarations volontaires des détenteurs concernés, par l’intermédiaire des vétérinaires sentinelles. Plus d’information sur le sous-réseau « syndrome respiratoire » du RESPE.

En fin d’année 2018 et début d’année 2019, 23 foyers de grippe ont été déclarés au RESPE à la date du 13 mars 2019. Des structures très diverses ont été touchées dans les filières loisir, sport et courses. A cette même période, la grippe a fortement circulé en Europe.

Bilan des foyers de grippe équine confirmés déclarés au RESPE entre 2014 et 2019 :

Année201420152016201720192019 (au 13/03/19)
Nombre de foyers*6000320

*nombre de lieux de détention d’équidés sur lesquels au moins un cas a été détecté.

 

En savoir plus sur nos auteurs
  • Charles-François LOUF Docteur vétérinaire
  • Charlène DAIX Réseau d'Epidémio-Surveillance en Pathologies Equines (RESPE)
  • Loïc LEGRAND Laboratoire départemental Labéo Frank Duncombe
  • Isabelle BARRIER-BATTUT Docteur vétérinaire - formatrice Ifce
  • Bénédicte FERRY Docteur vétérinaire - ingénieur de développement Ifce
  • Marie DELERUE Docteur vétérinaire - ingénieur de développement Ifce
Bibliographie
  • FOUGEROLLE S., LEGRAND L., PRONOST S. et PAILLOT R., 2017. L’âge et les anticorps maternels, deux facteurs à prendre en compte pour vacciner les poulains contre la grippe équine. Equ’idée, Juillet 2017
  • FOUGEROLLE S., 2016. La grippe équine : détection moléculaire et caractérisation des souches d'influenza - caractérisation de la réponse immunitaire après vaccination, 2ème journée des doctorants de la filière équine, mars 2016. 
  • FOUGEROLLE S., LEGRAND L., GARRETT D., FOURSIN M., D’ABLON X., BAYSSAT P., NEWTON R., PRONOST S. et PAILLOT R., 2016. Impact de l'âge et des anticorps maternels sur la réponse immunitaire humorale induite par la vaccination contre la grippe équine chez des poulains Pur-Sang, 42ème Journée de la Recherche Equine.
  • FOUGEROLLE S., 2015. La grippe équine : caractérisation de la réponse immunitaire après vaccination, 1ère journée des doctorants de la filière équine, mars 2015.
  • LEGRAND L., PRONOST S., FOUGEROLLE S., RASH N., FORTIER C. et PAILLOT R., 2014. Vaccination contre la grippe équine et problématique des chevaux faibles répondeurs. Equ’idée, Septembre 2014.
  • LEGRAND L. et PAILLOT R., 2014. Virus de la grippe équine : importance de la relation virus/hôte pour les aspects cliniques et les méthodes de prévention. Journée de la Recherche Equine.
     
Pour retrouver ce document: www.equipedia.ifce.fr
Date d'édition: 24 05 2019
Fiche réalisée avec nos partenaires
Association Vétérinaire Equine FrançaiseRESPE Labéo : pôle d'analyses et de recherche de Normandie
Ressources à télécharger
Poster édité par l'Ifce
Poster
Halte à la grippe
Cette fiche vous a-t-elle été utile ?